Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 10:34

Frère Charles à Jérusalem

 

     Depuis le 4 mars 1897, Charles de Foucauld est à Nazareth, où il a été agréé le 10, par Mère Saint-Michel, comme domestique du monastère Sainte-Claire. Après une grande année de vie régulière et calme, va commencer à partir de juillet 1898, une période de déplacements et de dificultés diverses. Le R. P. Philippe Thiriez, Père Blanc, puisant aux meilleures sources du Procès de béatification, raconte ainsi le premier voyage de Frère Charles à Jérusalem :

 

     " La Mère Elisabeth du Calvaire, Abbesse (des Clarisses) de Jérusalem, voulait juger par elle-même de cet homme qui vivait à l'ombre des Clarisses de Nazareth, craignant qu'elles ne se fassent illusion. On trouva donc un prétexte pour le lui envoyer, avec une lettre. Frère Charles se mit en route le 7 juillet (1898), seul, à pied, refusant toute monture, toute provision, déclarant qu'il voulait mendier en chemin comme un pauvre.

     " Les Soeurs tourières lui indiquèrent vaguement la route : - il y a çà et là des poteaux télégraphiques. Cela me suffit, dit-il. il fit en deux jours un trajet qui en demandait quatre. De mauvaises sandales lui blessaient les pieds. Comme il arriva à la nuit tombée, il ne voulut pas déranger la communauté et passa le reste de la nuit, assis par terre, près du mur de clôture.

     " Frère Charles fut reçu le lendemain par la R. Mère Elisabeth du Calvaire, qui, après quelques instants d'entretien avec lui, comprit à qui elle avait à faire.

     " Elle voulait s'assurer que nous (les Clarisses de Nazareth) n'étions pas " dupes " d'une de ces têtes extravagantes qui ne sont pas rares dans le monde. Le cas était tout autre : l'humilité profonde, l'obéissance parfaite, la mortification extrême, l'amour intense de la réelle pauvreté, du mépris, de l'humiliation, vertus pratiquées vraiment et constamment par le Frère Charles, tout en lui fit répéter par la R. Mère Elisabeth du Calvaire à ses filles, ce que notre Mère (Mère Saint-Michel) nous avait dit du serviteur de Dieu : " Nazareth ne s'est pas trompé, nous avons un saint dans la maison ".

 

(Charles de Foucauld à Nazareth, 1897-1900, Soeurs Clarisses de Nazareth, 1994, pages 49-50)

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes sur le Bx
commenter cet article

commentaires