Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 07:28
Mardi après le 4ème dimanche de Carême
 
       « Tous vos pas, toutes les minutes qui s’écoulent vous rapprochent du terme final de votre voyage, de Jérusalem. Hélas ! que cela est proche ! Il semble que le Calvaire se dresse devant nous !… Dans quinze jours, aujourd’hui en quinze, vous serez dans le temple, enseignant. Après demain en huit, vous serez déjà à Jérusalem… Que tout se presse, mon Dieu ! Il semble que nous n’avons plus le temps de respirer, tant les temps sont proches !… Defecit anima mea… Vous aussi, vous voyez tout cela, mon Dieu, et mille fois plus distinctement que moi : pour moi c’est une vague et sanglante vision, pour vous c’est la terrifiante réalité dans tous ses détails et toutes ses vérités… Et pourtant vous marchez calme et doux… Ah ! c’est que vous aimez, mon bien-aimé Jésus, vous aimez votre Père et vous brûlez de boire tout calice offert par sa main, d’embrasser toute croix offerte par sa volonté adorée. « Pour que l’on sache que j’aime mon Père et que je fais toujours sa volonté, allons ! » dites-vous, et vous marchez, doux fort, serein… Seigneur, vous nous aimez tant que la pensée de nous sauver et de nous sanctifier pat votre sang vous console aussi ! »
 
       Bienheureux Charles de Foucauld, Considérations sur les fêtes de l’année, nouvelle cité 1987, pages 188-189.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article

commentaires