Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

30 septembre 2006 6 30 /09 /septembre /2006 22:18

Par ce texte commence une série de méditations sur la prière du Notre Père, que le Bienheureux Charles de Foucauld écrivit en 1898 alors qu'il était le serviteur des Clarisses de Nazareth.

 

" Notre Père "qui êtes aux cieux"... (Mt 6, 9)

Pourquoi choisissez-vous cette qualification plutôt  que toute autre, plutôt que "Père juste", "Père saint" ?... C'est sans doute, mon Dieu, pour élever notre âme dès le commencement de la prière bien haut au-dessus de cette pauvre terre, et la placer dès le début où elle doit toujours être, en cette vie et dans l'autre, au ciel sa patrie... C'est aussi pour nous placer dès les premiers mots de nos prières dans l'espérance et dans la paix : Notre Père est dans les cieux : comment, avec la confiance, n'aurions-nous pas espérance et douce paix ?... C'est aussi pour nous mettre dès le début dans la joie : comment ne serions-nous pas dans la joie, en pensant que notre Père, notre Dieu, notre Bien-Aimé, celui que nous aimons de tout notre coeur, de toute notre âme, de tout notre esprit et de toutes nos forces, jouit pour l'éternité d'un bonheur infini ? "

(L'esprit de Jésus, méditations 1898-1915, nouvelle cité, 1978, p. 27)

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article

commentaires

Jacques de Guillebon 14/04/2010 19:10



Monsieur,


aux éditions de l'Oeuvre, nous avons l'intention de publier des textes un peu "incorrects" de Charles de Foucauld. Incorrects pour la pensée actuelle, s'entend, qui mettent à mal la foi en la
"diversité et le "métissage", la croyance en la facile cohabitation de toutes les traditions religieuses, etc. Si jamais vous avez des textes à me conseiller, je vous en saurai fort gré.


Vôtre,


Jacques de Guillebon