Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

9 octobre 2006 1 09 /10 /octobre /2006 16:46

La courte biographie ci-dessous de Charles de Foucauld est celle que l'on trouve aujourd'hui sur le site du Vatican. Elle a les avantages et les inconvénients des raccourcis. Sa richesse principale est la suite de formules foucauldiennes (mises en italiques gras par mes soins) qu'on peut y lire.

« Charles de Foucauld (Frère Charles de Jésus) naquit à Strasbourg, en France, le 15 septembre 1858. Orphelin à six ans, il fut élevé, avec sa sœur Marie, par son grand-père, dont il suivit les déplacements dus à sa carrière militaire.

« Adolescent, il s'éloigna de la foi. Connu pour son goût de la vie facile, il révéla cependant une volonté forte et constante dans les difficultés. Il entreprit une périlleuse exploration au Maroc (1883-1884). Le témoignage de la foi des musulmans réveilla en lui la question de Dieu :  "Mon Dieu, si vous existez, faites que je vous connaisse".

 « De retour en France, touché par l'accueil affectueux et discret de sa famille profondément chrétienne, il se mit en quête. Guidé par un prêtre, l'abbé Huvelin, il retrouva Dieu en octobre 1886. Il avait 28 ans. "Aussitôt que je crus qu'il y avait un Dieu, je compris que je ne pouvais faire autrement que de ne vivre que pour lui".

« Un pèlerinage en Terre Sainte lui révéla sa vocation :  suivre Jésus dans sa vie de Nazareth. Il passa sept années à la Trappe, d'abord à Notre-Dame des Neiges, puis à Akbès, en Syrie. Il vécut ensuite seul dans la prière et l'adoration près des Clarisses de Nazareth.

« Ordonné prêtre à 43 ans (1901), il partit au Sahara, d'abord à Beni-Abbès, puis à Tamanrasset parmi les Touaregs du Hoggar. Il voulait rejoindre ceux qui étaient le plus loin, "les plus délaissés, les plus abandonnés". Il voulait que chacun de ceux qui l'approchaient le considère comme un frère, "le frère universel". Il voulait "crier l'Évangile par toute sa vie" dans un grand respect de la culture et de la foi de ceux au milieu desquels il vivait. "Je voudrais être assez bon pour qu'on dise :  Si tel est le serviteur, comment donc est le Maître ?".

« Le soir du 1 décembre 1916, il fut tué pas une bande qui avait encerclé sa maison.

« Il avait toujours rêvé de partager sa vocation avec d'autres :  après avoir écrit plusieurs règles religieuses, il pensa que cette "vie de Nazareth" pouvait être vécue partout et par tous. Aujourd'hui, la "famille spirituelle de Charles de Foucauld" comprend plusieurs associations de fidèles, des communautés religieuses et des instituts séculiers de laïcs ou de prêtres. »

(http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20051113_de-foucauld_fr.html)

La Frégate : premier ermitage de Charles de Foucauld à Tamanrasset ; voir premier article de ce blog.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes sur le Bx
commenter cet article

commentaires

LT 13/10/2006 13:24

Ce texte officiel nécessite au moins trois précisions :
1° les déplacements de prime jeunesse de Charles de Foucauld sont dus à la guerre franco-allemande de 1870 et non à la carrière militaire de son grand-père maternel, le colonel de Morlet, qui était déjà à la retraite ;
2° Charles de Foucauld a beaucoup étudié et mis en valeur la culture touarègue afin de pourvoir transmettre plus facilement l'Evangile aux Sahariens à l'aide de leur langue et non de l'arabe, véhicule du Coran et de la foi musulmane contre lesquels ses commentaires argumentés sont sans équivoque. Charles de Foucauld avait surtout un grand respect des personnes et des âmes de ceux au milieu de qui il vivait, tous considérés comme frères pour qui Jésus a donné sa vie et donc destinés à entrer dans la lumière de l'Evangile et dans l'imitation du "Modèle Unique", Jésus-Christ ;
3° la "maison" devant laquelle il fut tué n'est pas la Frégate mais le petit fort, le "bordj" qu'il avait construit avec les pauvres de Tamanrasset pour que ceux-ci s'y abritent face aux menaces des rezzous senoussistes (musulmans fanatiques) signalés dans le désert et qui vinrent bien tuer Charles de Foucauld.
Laurent Touchagues