Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 23:43

Suite aux articles de ces derniers jours, un lecteur demande aujourd'hui à propos de Madeleine Delbrêl : qui est cette femme ? Voici une brève biographie de cette âme chrétienne du XXè siècle dont la Cause de canonisation a été ouverte et qui a contribué à sa manière au rayonnement de Charles de Foucauld :

       Madeleine Delbrêl est née le 24 octobre 1904 à Mussidan, en Dordogne, fille unique d'un père cheminot. Elle fait à 12 ans sa première communion, fervente mais sans lendemain. Car si elle rencontre dans son enfance des prêtres qui savent éveiller en elle une foi simple et profonde, elle est aussi soumise à d'autres influences, en particulier un ami de la famille, le docteur Armaingaud, « disciple de Littré, athée convaincu ».

Après une enfance itinérante due aux affectations professionnelles de son père, à 16 ans, elle arrive à Paris où elle fréquente les milieux intellectuels et athées. En 1923, alors qu'on la considère comme fiancée au jeune bordelais Jean Maydieu, celui-ci s'éloigne brusquement d'elle pour rentrer chez les Dominicains. Cette séparation marque profondément Madeleine qui tombe malade et ne se mariera jamais après. C'est aussi à cette période que son père Jules Delbrêl perd progressivement la vue, puis se mure dans une solitude farouche.

Peu après elle rencontre une bande de jeunes pleins d'entrain, des étudiants chrétiens, qui « parlaient de tout mais aussi de Dieu qui paraissait leur être indispensable comme l'air ». Elle en vient alors à s'interroger sur Dieu. Elle se convertit le 29 mars 1924, cherche sa voie et rencontre un peu plus tard un prêtre de sa paroisse Saint-Dominique d'Évry, l'abbé Lorenzo, qui devient son guide spirituel et l'amène à s'engager dans le scoutisme.

En 1926, elle reçoit le Prix Sully Prud’homme pour son recueil de poèmes « La Route ».

En 1930, dans la ligne de son engagement, elle songe à un projet de vie commune tournée vers les plus pauvres. Elle rassemble alors un groupe d'une douzaine de jeunes femmes pour réfléchir ensemble sur l'Écriture Sainte. Plusieurs se sentent appelées à mener une vie contemplative hors d'un couvent. Madeleine s'installe en 1933 avec deux amies, Hélène et Suzanne, dans la ville ouvrière d'Ivry-sur-Seine. Parallèlement, elle commence des études d'assistance sociale et s'engage dans un groupe religieux nouveau, la « Charité de Jésus », tourné vers la vie évangélique et le service des paroisses.

Elle obtient son diplôme en 1936 et travaille un temps comme assistante sociale paroissiale à Saint-Jean-Baptiste d'Ivry. En 1939, elle est embauchée comme assistante sociale à la mairie d'Ivry. C'est une ville « rouge » dirigée par un maire communiste et athée, Georges Marrane, qui sera pour elle à la fois un adversaire et un ami. Elle fera ici toute sa carrière au service des plus pauvres.

Malgré de nombreux petits accidents de santé, elle continuera jusqu'à sa mort, survenue subitement le 13 octobre 1964, à partager son temps entre correspondance, conférences, vie militante à Ivry, participation aux grandes causes, animation de son équipe de vie.

     Avec cette équipe, elle a lu et relu les écrits de Charles de Foucauld alors publiés, et elle a rédigé en novembre 1946 un article, « Pourquoi nous aimons le Père de Foucauld », pour la Vie spirituelle, la revue des PP. Dominicains. Après sa mort on a réédité ce texte dans La Joie de croire (Le Seuil, 1968, p. 33-39), livre qui regroupe des méditations écrites par Madeleine Delbrêl de 1935 à 1964.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Questions
commenter cet article

commentaires