Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

16 novembre 2006 4 16 /11 /novembre /2006 23:05
Charles de Foucauld, Seul avec Dieu, Retraites à Notre-Dame des Neiges et au Sahara, Éditions Nouvelle Cité, 2004, 256 pages, 20 €.

Trois titres de la collection des Œuvres spirituelles du Père Charles de Foucauld publiées aux Éditions Nouvelle Cité contiennent ce qu’il est convenu d’appeler des Notes de retraites : La Dernière place (2002), Crier l’Évangile (2004) et Seul avec Dieu (2004).

      Dans ce dernier volume, on trouve les Retraites faites d’abord de décembre 1900 à juin 1901, donc à Notre-Dame-des-Neiges, puis durant les années suivantes, de 1902 à 1909, quand Charles de Foucauld est au Sahara.

     

      Dans les Notes de Notre-Dame-des-Neiges (1900-1901), se trouvent essentiellement les Élections faites par frère Charles lors de ses Ordinations. Il y prolonge et y précise les réflexions qu’il avait commencées à Nazareth en avril précédent. Ces Élections sont des textes connus ; ce qui l’est moins, ce sont les Notes de sa retraite préparatoire au diaconat où il tente d’unifier théologiquement et spirituellement les deux appels qu’il entend : celui vers une vie religieuse de type monastique, érémitique même, où il pourrait être tout à son Bien-Aimé, et celui vers un service des plus délaissés et vers un ministère de Charité universelle. On portera également une grande attention au choix des citations scripturaires qui remplissent les pages de ses feuillets : certaines paroles de l’Évangile sont déterminantes pour lui, car Jésus est le Prédicateur, sans intermédiaire, de ces retraites préparatoires aux Ordinations.

 

       Arrivé à Beni-Abbès, frère Charles de Jésus fait des retraites annuelles comme il l’a lui-même fixé dans le Règlement des petits frères du Sacré-Cœur de Jésus au chapitre XII intitulé Explication du Saint Évangile, catéchisme, retraite annuelle. Ce sont, chaque soir, chaque dimanche, chaque année du 25 janvier au 2 février, trois temps forts où le petit frère du Sacré-Cœur de Jésus trouve moyen « de se pénétrer de la connaissance et de l’esprit de Notre Seigneur Jésus et de s’établir de plus en plus dans l’amour et l’imitation de ce bien-aimé Seigneur Jésus », ce qui est une reprise de l’exhortation fondamentale du chapitre Ier : « Dans nos méditations quotidiennes et notre retraite annuelle, nous réfléchirons profondément à Ses paroles et à Ses exemples, de manière à nous pénétrer, avec Sa grâce, si intimement de Son esprit, que nous pensions Ses pensées, disions Ses paroles, fassions Ses actions, autant qu’il se pourra. »

Durant cette retraite annuelle qui doit durer 8 jours, il est prévu qu’en chacune des journées on fasse 5 moments de lecture et de réflexion sur le Règlement, de telle sorte que soient ainsi passés en revue les 40 chapitres qui constituent l’ensemble de la vie du petit frère du Sacré-Cœur de Jésus. Le procédé peut paraître factice et relever plus d’une méthode profane que de l’exercice spirituel ; c’est oublier qu’en bâtissant la structure de la vie d’une fraternité, Charles de Foucauld, suivant là son génie propre, a trouvé 40 éléments qui embrassent l’ensemble des sujets qui peuvent définir une existence : buts, caractères propres à la vocation de petit frère et axes spirituels fondamentaux, actes quotidiens, repères spatio-temporels courants, etc. autant de données existentielles nécessaires, allant jusqu’au terme, désigné comme « la fin de l’exil ». Or, dans ces 40 points capitaux, qui donnent lieu à 40 chapitres, dans ces 40 circonstances de la vie, il s’agit d’imiter Jésus, de se référer à son Évangile : « Nous nous demanderons en tout, poursuit le texte du Chapitre Ier, comment Il pensait, parlait, agissait en la circonstance où nous sommes, comment Il penserait, parlerait, agirait à notre place ; et nous nous efforcerons de tout notre cœur de reproduire amoureusement en nous les traits de notre divin modèle. » Pour amener le petit frère de Jésus à cette imitation perpétuelle du divin Modèle, frère Charles a d’ailleurs pris soin de faire d’abondantes citations prises dans les Évangiles ; elles ont pour lui infiniment plus d’importance que les lignes réglementaires qu’il y ajoute, car elles montrent comment Jésus abordait, lui, la vie humaine, ce qu’il pensait, disait, faisait dans les circonstances où il s’est trouvé. Ce que les Évangiles nous rapportent des comportements de Jésus et que Charles de Foucauld nomme les « vertus évangéliques », voilà sa Règle de vie, le Règlement qu’il a élaboré dans cette lumière n’en étant qu’une application.

 (Pierre Sourisseau, archiviste de la Cause de Canonisation du bienheureux Charles de Foucauld)

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Livres
commenter cet article

commentaires