Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 21:49

   Les Pères de Ghardaïa notent : « Les desseins du Frère Charles de Jésus étaient de venir prendre, durant quelques semaines, le repos physique et surtout moral, dont il sentait si fort le besoin après une existence si opposée aux désirs de son âme assoiffée de silence et de recueillement. Il venait aussi rendre compte au Chef de Mission des résultats de son voyage et prendre ses ordres pour l'avenir avec une humilité touchante. Il fut résolu qu'il resterait à Ghardaïa au moins jusqu'à Noël. Pendant les premiers jours, il se joignit à la Communauté avec la plus grande simplicité et de la manière la plus aimable, nous intéressant beaucoup, tant par tout ce qu'il nous racontait de son récent voyage et des Touareg que par les souvenirs plus anciens de son voyage au Maroc. Puis, à partir de l'Avent, il demanda à entrer en retraite, et jusqu'à Noël nous ne le vîmes plus guère sortir de sa chambre que pour aller passer de longues heures à la chapelle. »

 

   Il aurait aimé trouver un compagnon chez les Pères Blancs. Ceux auxquels il songeait, le Père Pierre Richard et le Père Camille de Chatouville, ne purent se libérer. Quant au Frère Gilles (Michel Goyat), il le renvoya au bout de trois mois, le jugeant inapte à sa mission.

 

   C'est finalement à Maison-Carrée qu'il séjourna le plus souvent : dix jours en septembre 1901, douze en novembre 1906 (pour y prendre le Frère Gilles) et, à l'aller et au retour, lors de ses trois séjours en France : en 1909 (13 au 16 février; 8 au 11 mars), en 1911 (11 au 16 février; 16 au 19 mars) et en 1913, accompagné d'un Touareg (7 au 10 juin ; 29 septembre au 2 octobre). Il venait alors de Tamanrasset par El-Goléa (où étaient les Pères Richard, Ohrand et Foca) et prenait à Ghardaia la diligence puis l'autobus pour Alger, sauf en 1911, où il passa par Beni-Abbès et Béchar d'où il prit le train pour Perregaux et Alger.

   D'abord intimidé en 1901 par ces vieilles barbes, il s'y sentit vite chez lui. Il était heureux, quand c'était possible, de voir ses correspondants : Mgr Livinhac et Mgr Guérin, les Père Marchal et Voillard (celui-ci devint en 1911 son conseiller, après la mort de l'abbé Huvelin en juillet 1910), et de bons amis parmi lesquels les PPère Michel, Duchêne, Mercui, ou le Père Ludovic Girault qui sollicita son ami René Bazin en 1917 de rédiger la biographie de l'ermite. C'est l'imprimerie de Maison-Carrée qui publia dès 1918 « Le Père Charles de Jésus, vicomte de Foucauld » et en 1927 les Articles du Procès de l'Ordinaire.

  

   (à suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes sur le Bx
commenter cet article

commentaires