Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 08:30

Sur la prière : Le reste par surcroît 

 

« Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice,

et le reste vous sera donné par surcroît » (Mt 6, 33)

 

« Nous n’avons donc pas à prier pour nos besoins temporels, pour notre pain matériel : il nous sera donné par surcroît : Notre Seigneur nous l’affirme : il nous assure que nous le recevrons dans la mesure où il est le plus utile à nos âmes, par surcroît, pourvu que nous cherchions avant tout le royaume de Dieu et sa justice… Ne demandons donc dans nos prières que le royaume de Dieu, c’est-à-dire la manifestation de la gloire de Dieu, par notre sanctification et celle de tous les hommes. Et n’y demandons aucun bien temporel ni pour nous ni pour les autres. Cette dernière demande est inutile pour deux causes : 1° Notre Seigneur nous affirme que les biens matériels nous seront donnés par surcroît si nous cherchons fidèlement les spirituels ; 2° la demande de ce qui est nécessaire pour notre sanctification et pour celle de tous les hommes comprend pour eux et pour nous celle des biens matériels dans la mesure où ils sont bons pour les âmes… C’est l’avis de sainte Thérèse (1), si fortement exprimé !… c’est l’exemple de Notre Seigneur : dans le Pater il nous fait demander le pain « qui est au dessus de tous les autres », celui de la grâce et celui de la sainte Eucharistie ; dans ses prières à son Père, même quand il demande un bien matériel comme la résurrection de Lazare, il ne la demande que parce qu’elle est utile aux âmes, qu’elle leur donne la foi (Jn 11, 14.42). »

 

Bienheureux Charles de Foucauld, L’esprit de Jésus, page 35.

 

(1) Chaque fois que Charles de Foucauld (1858-1916) évoque sainte Thérèse il s’agit de sainte Thérèse d’Avila (1515-1582).

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article

commentaires