Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 21:59

«  Un soldat ouvrit son côté avec sa lance

et aussitôt il en sortit du sang et de l’eau » (Jn 19, 34)

 

« Que Vous nous aimez, ô Cœur de Jésus ! Il ne Vous a pas suffi de contenir tous les hommes, ces hommes si ingrats, pendant toute votre vie, Vous avez voulu encore leur être ouvert et être blessé pour eux après votre mort ; Vous avez voulu porter éternellement cette blessure comme signe de votre amour, comme signe que votre Cœur est toujours ouvert à tous les vivants, est toujours prêt à les recevoir, à leur pardonner, à les aimer…

« Par cette ouverture béante, Vous appelez éternellement tous les hommes à croire à votre Amour, à avoir confiance en lui, à venir à Vous, si souillés qu’ils soient : à tous, tous, même aux plus indignes, votre Cœur est ouvert ; pour tous, tous, il a été percé ! Vous aimez tous les vivants, Vous les appelez tous à Vous, Vous leur offrez à tous le salut jusqu’à leur dernière heure, leur dernier instant… Voilà ce que Vous nous dites, Vous nous criez éternellement par cette bouche béante de votre Cœur, ô tendre Jésus ! » 

 

Charles de Foucauld, Méditation n° 520 sur les saints Évangiles, in « L’imitation du Bien-aimé », nouvelle cité, page 282.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article

commentaires