Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 14:49

                                                                   Le mystère de la Visitation

      Il y a environ cinq ans et demi que je vous ai dit… que mon idéal était d’imiter la sainte Vierge dans le mystère de la Visitation en portant comme elle, en silence, Jésus et la pratique des vertus évangéliques, non chez sainte Élisabeth, mais parmi les peuples infidèles, afin de sanctifier ces infortunés enfants de Dieu par la présence de la sainte Eucharistie et l’exemple des vertus chrétiennes : j’ajoutais que ce qu’appelaient mes vœux était la formation d’un petit groupe d’âmes vouées à l’adoration perpétuelle du saint Sacrement et à la pratique de l’imitation de la vie cachée de Jésus

      Charles de Foucauld, « Voyageur dans la nuit, notes de spiritualité 1888-1916 », note détachée n° 198, lettre du 2 janvier 1899 à l’abbé Huvelin, éditions Nouvelle Cité, page 109.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article

commentaires

Brigitte Cuisinier 05/10/2007 20:35

« ‘‘Elle alla dans la montagne avec hâte’’… Quand on est plein de Jésus, on est plein de charité ; on va à ceux qu’on veut sauver, comme Jésus est allé à eux en s’incarnant ; on fait le bien avec hâte, car la charité presse et ne veut pas de retard. Travailler au salut des âmes ; aller à elles, le faire en grande hâte : la hâte peut sauver quelques âmes, empêcher quelques péchés, produire quelques mérites de plus : la lenteur à faire du bien à l’être aimé est incompatible avec l’amour. »
Notes spirituelles, 14 juin 1916 (lecture suivie de Luc)
 
Quelle évolution depuis 1899 ! C’est admirable de voir comment Foucauld s’est laissé façonner par 17 ans de méditation de l’Évangile et d’écoute de ce que l’Esprit dit à travers les événements !  A Tamanrasset il est « missionnaire isolé », comme il l’écrit le 29 juillet à René Bazin : « ma vie consiste à être le plus possible en relation avec ceux qui m’entourent ». Ses carnets en apportent la preuve. Quelle dynamique missionnaire puisée au cœur même de l’Eucharistie : « Quand on est plein de Jésus, on est plein de charité ; on va à ceux qu’on veut sauver »…