Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 22:13

L'oeuvre scientifique de charles de Foucauld (8)

 

 

     (Voir introduction de cette série au 8 décembre 2011)

 

     Ses descriptions accrochent l’attention du lecteur, bien qu’elles procèdent de deux méthodes totalement différentes. Tantôt très simplement, au hasard de ses étapes quotidiennes, Foucauld glane des renseignements les plus divers, sur l’allure du relief, la nature du sol, la couleur des roches, les principales essences végétales, les voyageurs rencontrés, les villages traversés, les villes ou les campements où il s’arrête. Tantôt, notre explorateur brosse en artiste des tableaux pittoresques et vivants, esquissés à grands traits aussi nets et précis que ses dessins (R.P. Gorrée, Sur les traces de Charles de Foucauld). Un certain sentiment de sympathie pour la nature lui fait sentir la beauté des paysages qui s’offrent à lui.

     Analyse par touches, synthèse régionales ne se limitent pas au milieu physique, elles gagnent le milieu humain, sociologique et psychologique. Chez Foucauld, la géographie est bien – selon une définition récente – la science qui étudie les combinaisons des éléments physiques, biologiques et humains à la surface de la terre… disons du Maroc. Science descriptive, elle s’attaque à la complexité des paysages en décomposant leurs divers éléments dans un milieu bien localisé, qui est presque toujours une région naturelle ; il nous décrit l’extension, la répartition et l’association des faits minutieusement observés.

     Ce sont là les buts et les principes de la géographie moderne telle que les a esquissés, plus tard, le géographe français Vidal de la Blache dans son enseignement à la Sorbonne depuis 1889 et dans ses ouvrages. En précurseur, à propos du Maroc, Foucauld se donne les mêmes buts, suit les mêmes principes et emploie les mêmes méthodes : représentation cartographique, analyse des combinaisons, idée d’évolution.

     Ces remarques prouvent que Foucauld n’a pas une vision métaphysique du paysage, mais bien plutôt une vision géographique et ce n’est que le côté pittoresque et artistique de l’âpre beauté de la nature africaine qui lui fait admirer l’œuvre de Dieu. Et surtout, jamais il ne sépare l’homme de la nature, ses agglomérations, ses habitations, des ressources alimentaires et hydrauliques, ses mœurs, ses coutumes, son organisation sociale et politique ; sa langue, son costume, sa psychologie.

 

     (à suivre)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes sur le Bx
commenter cet article

commentaires