Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 21:10

De la conversion à la vie religieuse, quelques lettres à sa famille

 

 

     Il est important d’apprécier à sa juste valeur le cadre familial dans lequel s'est replongé Charles de Foucauld à son retour d'Algérie. Voici ce qu’il en dira dans ses Méditations : « Oh ! mon Dieu, comme vous aviez la main sur moi, et comme je la sentais peu ! Que Vous êtes bon ! (…) Et pendant que vous me gardiez ainsi, le temps se passait ; vous jugiez que le moment approchait de me faire rentrer au bercail… vous dénouâtes malgré moi toutes les liaisons mauvaises qui m’auraient tenu éloigné de vous… vous dénouâtes même tous les liens bons (1) qui m’eussent empêché de rentrer dans le sein de cette famille où vous vouliez me faire trouver le salut, et qui m’auraient empêché d’être un jour tout à vous… » et, plus loin : « Vous m’aviez ramené dans cette famille, objet de l’attachement passionné de mes jeunes années, de mon enfance… Vous m’y faisiez retrouver pour ces mêmes âmes l’admiration d’autrefois, et à elles vous inspiriez de me recevoir comme l’enfant prodigue à qui on ne faisait même pas sentir qu’il eût jamais abandonné le toit paternel, vous leur donniez pour moi la même bonté que j’eusse pu attendre si je n’avais jamais failli… Je me serrais de plus en plus contre cette famille bien aimée… j’y vivais dans un tel air de vertu que ma vie revenait à vue d’œil, c’était le printemps rendant la vie à la terre après l’hiver… » (2).

 

 

Quel mystérieux cheminement de la grâce, sous l’influence d’un foyer chaleureux, profondément religieux, dans lequel la tante Inès Moitessier, sa fille Marie de Bondy, par leur exemple, n’étaient qu’un révélateur, probablement d’ailleurs à leur insu ! Marie de Bondy, lors de l’enquête canonique diligentée par les autorités ecclésiastiques dans le cadre de l’ouverture du Procès de béatification, n’a-t-elle pas déclaré :

« Je ne me suis aperçu en rien de l’évolution proprement religieuse de Charles de Foucauld jusqu’au jour où il m’a dit incidemment : « Que vous êtes heureuse de croire ! Je cherche la lumière et je ne la trouve pas ». Je lui répondis : « Croyez-vous que ce soit un bon moyen de chercher tout seul ? », et il a vu l’abbé Huvelin qu’il avait déjà rencontré dans la famille. Cette scène se passait en octobre 1886 ; c’est tout ce que je fis pour sa conversion, dont je n’ai été qu’un instrument très indirect ; ce n’est que plus tard que le Serviteur de Dieu, dans une lettre, m’attribua à moi-même sa conversion, et il me dit que « les Élévations sur les Mystères » (3), dont je lui avais fait cadeau pour sa première communion (4), étaient un des premiers livres de religion qu’il ait lus à ce moment » (Summarium, Archives de la postulation).

 

(à suivre)

Michel de Suremain

 

(1) Il s’agit du projet de fiançailles avec Mademoiselle Titre.

(2) Méditation du 8/11/1897, « La dernière place, retraites en terre sainte », Nouvelle Cité, p. 102-105.

(3) Ouvrage de Bossuet.

(4) Le 28 avril 1872, en la cathédrale de Nancy. Charles de Foucauld a été d'ailleurs confirmé le même jour par Mgr Foulon, futur cardinal-archevêque de Lyon.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes sur le Bx
commenter cet article

commentaires