Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 20:18

Quel habit, pour quelle fondation ?

 

      À Nazareth, ayant refusé de porter l’habit que les Clarisses lui avait préparé, afin de demeurer dans « l’abjection » d’une tenue de pauvre ouvrier, Charles de Foucauld réfléchit néanmoins à un projet de fondation. Il s’en ouvre à son directeur, l’abbé Henri Huvelin, dans cette lettre du 15 octobre 1898 citée précédemment. Et la question de l’habit religieux se pose immédiatement. On sent qu’au fond il le désire.  Mais, comme la Mère Abbesse le lui avait suggéré, il s’en remet à l’avis de l’abbé Huvelin :

      «  C’est donc à vous à décider toute la question, à faire connaître la volonté de Notre-Seigneur à mon égard. Si je dois rester comme je suis, ou si je dois accepter la proposition de la bonne Mère…  En tous cas il me semble que si je reste comme je suis, je dois aussi garder, à l’exemple de Jésus, ce béni vêtement d’ouvrier qui était le sien à Nazareth… C’est seulement si vous décidez que je dois un jour recevoir les Saints Ordres qu’il y a lieu de changer d’habit ; et dans ce cas, je désire échanger ma chère blouse non contre un vêtement quelconque, semi-religieux et de fantaisie, mais contre l’habit bénédictin, que tout évêque peut permettre à n’importe qui de porter, puisque tout le monde peut faire profession de la règle bénédictine sans appartenir à aucune des nombreuses congrégations bénédictines existantes ; ce changement d’habit serait donc une chose grave, équivalent à une profession, et qui se ferait comme et quand vous le voudriez, mais pourtant avant de recevoir les Ordres Mineurs, ou en même temps à ce qu’il me semble. Je serai très content si vous me dites de rester comme je suis ; très content encore si vous me dites autre chose (…) »

 

      Mais dès le 22 octobre, Charles de Foucauld reprend la plume et écrit à l’abbé Huvelin : « Quand je vous disais que je désirais l’habit bénédictin, que j’avais un secret désir, si Dieu envoie des âmes, de former une petite communauté bénédictine en Terre Sainte, j’ai mal dit : c’est l’habit monastique, une communauté monastique que j’aurais dû dire : non encore que je suive le règlement de journée bénédictin, je ne voudrais reprendre ni l’habit ni la Règle bénédictine ; je les vénère et les admire… Mais d’une part cette Règle est faite pour de grandes communautés et non pour de « petits troupeaux », d’autre part et surtout, la reprendre serait se jeter de nouveau dans ces interprétations de textes et d’esprit et de lettre, dans lesquelles on se noie, et qui portent de belles âmes à passer leur temps à penser à des riens au lieu de l’employer à aimer Dieu… »

      Dans une lettre du 22 janvier 1899 se lit une autre allusion : « … ne porter ni le nom, ni l’habit d’ermite tant que vous ne me donnerez pas l’ordre de faire les démarches à ce sujet ». Et de nouveau, à la fin de cette même lettre : « … concernant le nom d’ermite, et l’habit religieux que je ne porterai que quand vous jugerez le moment venu (si toutefois il vient jamais) ».

      (à suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes sur le Bx
commenter cet article

commentaires