Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 20:30

Sur la route de Tamanrasset 

  

  

      Le 22 juillet 1905, Charles de Foucauld est en route pour Tamanrasset où il arrivera le 11 août.

      Le 25 juin, au cours d’une tournée dans l’Adrar des Iforas, Charles de Foucauld a rencontré pour la première fois Moussa ag Amastan, Aménokal des Touaregs du Hoggar, qui avait fait la paix avec les Français en février 1904. Moussa a donné son accord pour que Foucauld s’installe au Hoggar, et il a conseillé de choisir Tamanrasset.

      Le 21 juillet, Charles de Foucauld a fini de remplir le carnet dont il se servait depuis 1901 pour la tenue de son diaire, le « Carnet de Benis Abbès ».

  

      Ce 22 juillet 1905, donc, en la fête de sainte Marie-Madeleine qui lui est si chère, n’ayant pas dans son bagage le papier suffisant pour confectionner un fascicule supplémentaire, il prend un des deux carnets qu’il portait toujours sur lui. L’un, qui contient les Évangiles en latin, lui sert à noter les anniversaires, ses vœux, promesses et résolutions. L’autre, contenant l’Évangile selon saint Matthieu en arabe, va lui servir désormais d’agenda pour noter les itinéraires, les intentions de messe, et quelquefois des remarques personnelles ou des notes spirituelles. Il l’utilisera pendant sept ans et demi. C’est le premier des « Carnets de Tamanrasset ».

     

Et ce 22 juillet 1905, qui est un samedi, il écrit cette méditation :

      « (…) Jésus t’a établi pour toujours dans la vie de Nazareth : les vies de missions et de solitude ne sont, pour toi comme pour lui, que des exceptions : pratique-les chaque fois que sa volonté l’indique clairement : dès que cela n’est plus indiqué, rentre dans la vie de Nazareth – Souhaite l’établissement des Petits-Frères et des Petites-Sœurs du Sacré-Cœur de Jésus. Suis-en le règlement comme on suit un directoire sans t’en faire un devoir strict, et seulement en ce qui n’est pas contraire à la vie de Nazareth ; prends, (...) pour objectif la vie de Nazareth, en tout et pour tout, dans sa simplicité et sa largeur, en ne te servant du règlement que comme d’un Directoire t’aidant pour certaines choses à entrer dans le vie de Nazareth (par exemple jusqu’à ce que les Petits-Frères et les Petites-Sœurs soient dûment établis, pas de costume – comme Jésus à Nazareth - ; pas de clôture – comme Jésus à Nazareth - ; pas d’habitation loin de tout lieu habité, mais près d’un village, - comme Jésus à Nazareth, - ; pas moins de 8 heures de travail par jour (manuel ou autre, autant que possible manuel) – comme Jésus de Nazareth - ; ni grande terre, ni grande habitation, ni grandes dépenses, ni même larges aumônes, mais extrême pauvreté en tout – comme Jésus à Nazareth… - En un mot en tout : Jésus à Nazareth. Sers-toi du règlement des Petits-Frères pour t’aider à mener cette vie, comme d’un livre pieux ; écarte-t’en résolument pour tout ce qui ne sert pas l’imitation parfaite de cette vie (…) »

      Charles de Foucauld va donc porter à Tamanrasset un habit blanc qui n’est pas celui des petits Frères du Sacré-Cœur.

      (à suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes sur le Bx
commenter cet article

commentaires