Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 12:14

   Pierre Sourisseau, archiviste de la Cause de Canonisation de Charles de Foucauld, a mis en forme pour les  Amitiés Charles de Foucauld une étude détaillée du voyage de ce dernier en France en 1911, étude due au "Groupe de travail sur la correspondance". Cela commence par une question et se poursuivra par l’exposé du déroulement jour par jour de ce voyage.

    Cette étude est en cours de publication dans les numéros 180 (octobre 2010) à 182 (avril 2011) du Bulletin des Amitiés Charles de Foucauld (1)

 

« Ferais-je bien d’aller en France ? »

 

    Par deux fois, Charles de Foucauld pose cette question à Monseigneur Bonnet en lui écrivant le 1er août 1910. Le même jour il écrit à sa cousine Marie de Bondy : « Je suis à peu près décidé à aller en France cet hiver : une lettre reçue par le courrier d'avant-hier (lettre de Mgr Bonnet de Viviers, mon évêque) me confirme dans cette intention ». Dans cette lettre qu’il vient de recevoir et dans la ou les lettres suivantes, son évêque continuera à l’encourager à faire ce  voyage, à preuve cette nouvelle allusion faite quelques mois plus tard à sa cousine : « J’irai vous voir cette année ; hier encore j’ai reçu une lettre de mon évêque, Mgr Bonnet (de Viviers) me conseillant ce voyage. » (16 décembre 1910)

 

    Mais pourquoi ce projet de revenir en France pour un second séjour après celui de 1909 ?

 

    Le 13 mars 1911, alors qu’il est chez sa sœur en Bourgogne, en lui annonçant son passage à Lyon, il signale à Suzanne Perret « deux motifs » :

    « Ma sœur en Jésus, Demain matin je célébrerai vers 6 h. la Ste Messe à Fourvière ; puis j'irai voir M. l'abbé Crozier ; de là j'irai chez vous, rue Pierre Dupont, pour me recommander à vos prières, vous dire les deux motifs qui m'ont amené en France, et vous demander de prier Jésus pour les infidèles du Sahara et pour l'accomplissement de Sa Volonté dans ce qui concerne l'évangélisation des infidèles et en particulier celle des colonies françaises. Que Son nom soit Sanctifié ! Que Son Règne arrive ! Que Sa Volonté se fasse ! »

 

    Avant de citer quelques extraits de sa correspondance pour découvrir les buts de ce voyage en France, il faut rappeler les deux « départs » qui l’ont touché en 1910 : la mort du R.P. Guérin, son Préfet apostolique le 3 mars (et sa conséquence : l'attente de la nomination d’un nouveau Préfet apostolique), puis la perte douloureuse de l’abbé Huvelin, le 10 juillet. Ces « départs », qui suivent celui de Dom Martin, son ami et père de Notre-Dame des Neiges, l’ont bouleversé dans ses affections et ne sont pas sans répercussions sur sa vie et son action, tant dans ce qu’il nomme « la petite œuvre » ou « l’œuvre » de Tamanrasset et du Sahara dans laquelle il est directement engagé, que dans « l’œuvre » visant la Mission en Algérie et dans les colonies, qui est ce projet de confrérie des Frères et Sœurs du Sacré-Cœur de Jésus à laquelle il pense depuis plusieurs années.

 

(à suivre)

 

(1) Bulletin trimestriel des Amitiés Charles de Foucauld – 56 rue du Val d’Or, 92150 SURESNES – Abonnement annuel : 25 €.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Actualités
commenter cet article

commentaires