Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 15:58

Lecture et explication du commencement
de l’Évangile selon saint Matthieu
(suite)

Texte rédigé par le Bienheureux Charles de Foucauld le 15 novembre 1901 à Beni Abbès et publié dans « L’esprit de Jésus, méditations 1898-1915 », volume VIII des Œuvres spirituelles de Charles de Foucauld, aux éditions " nouvelle cité ".


     Mt 1, 18-21. (...)

La manière admirable dont Dieu met fin à l’épreuve de Marie et de Joseph nous montre un exemple de cette vérité que « nul n’est tenté au-dessus de ses forces » et qu’à l’heure où l’épreuve aura assez duré, Dieu « sans la volonté de qui, pas un moineau ne tombe à terre », ni un cheveu de nos têtes, commande à la mer et aux vents, et « il se fait un grand calme »…  Donc espérance, espérance, espérance. Espérance et confiance, et joie, et bénédiction… « Benedicam Dominum in omni tempore ». Joie et bénédiction perpétuelles parce que tout ce qui arrive est pour notre bien ; Dieu nous aime, et tous les événements extérieurs, comme les épreuves intérieures, ne sont que des moyens dont Dieu se sert pour nous conduire à la sanctification, des moyens qu’il nous offre pour devenir meilleurs et plus heureux éternellement. « Tout ce qui arrive est pour le bien de ceux qui aiment Dieu ». Joie et bénédiction perpétuelles plus encore, bien plus encore, parce que tout ce qui arrive est voulu ou permis de Dieu, et par conséquent entre dans quelque manière dans ses desseins éternels, fait partie en quelque mesure de ses divines volontés.

 

Joie et bénédiction perpétuelles plus encore, et par dessus tout, parce que quoi qu’il arrive parmi les créatures, Dieu est Dieu, Jésus est au ciel pour l’éternité, le bonheur de Jésus, le bonheur de Dieu est infini, parfait : la mesure de notre amour pour Dieu est celle de notre jubilation, de notre bénédiction, de notre bonheur à la pensée de sa gloire infinie et parfaite.

 

Ceci nous apprend aussi à ne pas nous demander dans l’épreuve comment Dieu nous secourra : question inutile ! Tous les moyens intérieurs et extérieurs sont à la disposition de la sagesse et de la toute-puissance de Dieu : anges, hommes, choses, tout lui obéit… Á nous de profiter selon les vues divines pour notre plus grande sanctification de l’épreuve présente : à Dieu de nous secourir à l’heure et par le moyen que la sagesse choisiront.


     (à suivre)    

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article

commentaires