Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 21:25

À l’École Sainte-Geneviève (suite)

 

      La première année s’ouvre avec 48 élèves. D’année en année, le nombre des élèves augmente. De 85 en 1855, ils passent à 110 en 1856, 202 en 1857, et plus de 300 dix ans après la fondation. Jusqu'en 1861 les « Math Élem » sont majoritaires, mais sont bientôt dépassés en nombre par les élèves de classes préparatoires. Et les résultats suivent : le premier élève reçu à Polytechnique, en 1857, a droit au chant d'un Te Deum à la Chapelle.

      La devise de l’école est « Servir ». Le premier « recteur », le père Philippe Delvaux, ne veut pas d’uniforme pour les élèves ; il institue le système des « colles », exemple qui sera suivi par les autres classes préparatoires.

      Lors de la guerre de 1870, sur 400 anciens élèves officiers à l'armée du Rhin, 86 tombent au Champ d'Honneur. L'École est transformée en service ambulancier. On y compter de 800 à 900 blessés.

      Dans la nuit du 3 au 4 avril 1871, la maison est cernée par un bataillon de fédérés de la Commune. Ils arrêtent le Recteur, le Père Marie-Léon Ducoudray, sept professeurs jésuites, quatre frères jésuites et sept employés. Le 24 mai les Pères Ducoudray et Clerc sont fusillés sur le chemin de ronde, avec l'Archevêque de Paris Mgr Darboy. Le 26 mai le Père de Bengy, professeur, est exécuté rue Haxo.

      C'est l'époque, semble-t-il, où Sainte-Geneviève devient familièrement « Ginette ». Les anciens de Ginette, dénommés également « Postards », commencent à se serrer les coudes contre les brimades anti-religieuses qui se multiplient dans les grandes Écoles. Lorsque le grand catholique social Albert de Mun y était élève, en 1860, nul n’osait communier en public, bien que la messe fût célébrée dans la chapelle tous les dimanches. Après la guerre de 1870, du fait de leur nombre (une trentaine à Polytechnique), ils ne craignent plus la mise en quarantaine des catholiques pratiquants. À Pâques 1874, 183 élèves-officiers communient en public à Saint-Cyr.

      (à suivre)

L.T.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans La précision
commenter cet article

commentaires