Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 22:33

La description du Maroc par Elisée Reclus en 1886 (2)

  

     Cet article, dont la publication a commencé ici le 22 décembre, a été écrit par Guy Basset, petit-fils du savant éditeur des travaux linguistiques de Charles de Foucauld, Administrateur des Amitiés Charles de Foucauld, et publié en 2007 dans le Bulletin trimestriel des Amitiés.

  

     Le nombre d'informateurs directs cités par Élisée Reclus pour chacun des pays est donc très différent : trois pour la Tunisie, huit pour l'Algérie et simplement deux pour le Maroc.

     En ce qui concerne l'Algérie plusieurs des personnalités citées sont des noms connus (Mac-Carthy, Foureau...) et certains même connus directement par Charles de Foucauld (Mac-Carthy, Titre).

 

     Pour l'Égypte, traitée précédemment, Élisée Reclus s'était appuyé sur une connaissance personnelle du terrain et sur le grand orientaliste Gaston Maspero. Pour les pays d'Afrique du Nord, Reclus déclare disposer aussi d'informations directes grâce à un voyage qu'il a effectué lui-même en Tunisie en 1883 et grâce aux relations nouées par l'intermédiaire de sa fille qui avait fondé en Algérie, avec son époux, une communauté anarchiste à Tenzout. « Cette connaissance directe est sensible dans certaines descriptions », note Claude Liauzu (1). De plus, les descriptions de l'Égypte et de la Tunisie paraissent peu de temps après l'occupation de ces pays. La couverture du tome XI porte en effet la date de 1886. Le Maroc, par contre, est un cas à part puisque Reclus ne s'y est pas rendu et qu’il n’est pas occupé à cette date, ce qui fait que la référence à Foucauld va prendre une place privilégiée. Reste alors à tenter de dégager la part de l'un et l'autre des informateurs du Maroc.

     Washington-Serruys était membre de la Société royale belge de géographie, fondée en 1876, et avait été drogman (interprète) de la légation belge de Constantinople. Il est ainsi l'auteur d'un livre sur l'arabe moderne étudié dans les journaux et les pièces officielles, et s'est intéressé aux relations commerciales. Il est cité explicitement en note par Élisée Reclus à propos des échanges commerciaux du Maroc, soit sous forme d'une synthèse, d'un récapitulatif des relations commerciales avec la France ou de l'état de la flotte du Maroc (p. 774), soit pour des informations plus précises portant sur les ports de Tétouan (p. 708), de Casablanca en 1883 (p. 733), de Mazagran (p. 736), d'Asfi (p. 737), de Mogador (p. 743). Les données sont récentes, puisqu'il est précisé qu'elles datent de 1883, soit peu de temps avant la parution du fascicule. C'est la seule valeur ajoutée visible de Washington-Serruys et il ne m'a pas été possible de retrouver d'autres implications de sa part au Maroc.

     Quant à l’apport de Charles de Foucauld, il importe d’abord de relever que son exploration au Maroc est tout à fait récente. Réalisée entre le 20 juin 1883, jour de son arrivée à Tanger, et le 21 mai 1884 (2), elle a donné lieu à un premier compte rendu publié dans le Bulletin de la Société de géographie du premier trimestre 1887 (incluant une carte du voyage), puis à la parution du volume Reconnaissance au Maroc en février 1888. Or, sans indication de mois, le tome XI de Reclus L'Afrique septentrionale porte comme seule indication de date l'année 1886, c'est-à-dire postérieurement au rapport de Duveyrier sur le voyage de Foucauld et antérieurement à toute publication de Foucauld. Pourquoi donc Foucauld se trouve-t-il cité ? L'explication s'en trouve dans la lettre chaleureuse de remerciements qu'Elisée Reclus lui envoie le 23 février 1888 après la réception de l'exemplaire de Reconnaissance au Maroc : « Grâce à votre amabilité, j'en connaissais déjà tout le prix, puisque vous m'aviez permis de le consulter en manuscrit » (3).

 

      (à suivre)


(1) Claude Liauzu, « Les sociétés musulmanes dans l'oeuvre d'Élisée Reclus », Hérodote, n°117, 2ème trimestre 2005, p. 125.

(2) Dates indiquées dans le « Rapport fait à la Société de géographie de Paris dans la séance générale du 24 avril 1885 par Henri Duveyrier », Reconnaissance au Maroc, journal de route, Paris, Société d'éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1939, p. 13 et 21

(3) Cité dans le Bulletin trimestriel des Amitiés Charles de Foucauld, n° 89, janvier 1988, p. 15.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes sur le Bx
commenter cet article

commentaires