Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 21:45

La description du Maroc par Elisée Reclus en 1886 (4 et fin)

  

 

     Cet article, dont la publication a commencé ici le 22 décembre, a été écrit par Guy Basset, petit-fils du savant éditeur des travaux linguistiques de Charles de Foucauld, Administrateur des Amitiés Charles de Foucauld, et publié en 2007 dans le Bulletin trimestriel des Amitiés.

  

     Des deux informateurs sur le Maroc, Foucauld est donc de loin le plus utilisé et cité. Ces références à Foucauld s'étalent tout au long de la description physique du Maroc par Elisée Reclus, mais elles ne reprennent pas l'itinéraire suivi par Foucauld. Cet hommage appuyé d'un homme dont les origines comme les convictions sociales et religieuses se situaient très loin de Foucauld méritait d'être relevé.

     Reclus soulignait ainsi l'importance du voyage du vicomte de Foucauld et préparait la réception de son ouvrage Reconnaissance au Maroc qui paraîtra non l'année suivante mais l'année d'encore après.

     Dans cette description du Maroc sont aussi notamment présentes, parmi d'autres, des références à  :

          -> Duveyrier (p. 664, 678, 688, 763, 769),

          -> O. Mac- Carthy : ses notes manuscrites (p. 658) et sa carte géographique du sud oranais et des

                parties limitrophes du Maroc datée de  1881 (p. 773),

          -> Henry de Castries à propos des Almohades (1) (p. 748, p. 755, p. 765, p. 769),

          -> Mardochée, signalé à propos des pierres écrites comportant des inscriptions en caractères

                tifinar – avec en note une note une référence à une publication d'Henri Duveyrier dans le Bulletin

                de la Société de géographie d'avril 1876.

 

     Ces quatre personnes sont des relations de Charles de Foucauld. Les deux premières sont explicitement mentionnées dans l'Introduction de Reconnaissance au Maroc où Foucauld les remercie pour les conseils et encouragements avant le voyage.

 

     Foucauld avait consulté, à la bibliothèque d'Alger, pendant la préparation de son voyage, les cartes établies par de Castries et il lui rendit explicitement hommage pour sa carte de la vallée du Drâa. Dans une lettre à la Société de géographie il déclare en effet : « Par bonheur, j'avais l'excellent travail de M. le capitaine de Castries : il m'a permis de me conduire avec la plus grande précision dans toute la portion du bassin du Drâa que j'ai parcourue. Jamais on ne vit gens plus ébahis que les Draoua quand je leur lisais sur cette carte, village par village, le chemin par lequel je voulais passer. » (2) Au fil des années les relations de Charles de Foucauld avec Henry de Castries prendront une tournure très amicale, et Foucauld ira même jusqu'à faire don à Henry de Castries de son manuscrit. (3)

 

     Enfin, Mardochée était déjà connu à la Société de géographie. Dans son rapport à la séance générale du 24 avril 1885 sur le voyage du vicomte de Foucauld, Henri Duveyrier le présente ainsi : « Celui-là même dont vous connaissez déjà l'histoire et les travaux, a été le compagnon constant du vicomte de Foucauld » et il ajoute : « Le rabbin Mardochée n'est pas toujours un auxiliaire agréable et commode. » (4)

      Il faut cependant préciser que si l'utilisation par Elisée Reclus des renseignements recueillis par Foucauld se fait en 1886, donc avant la publication de Reconnaissance au Maroc, elle se fait malgré tout après la reconnaissance officielle de l'intérêt de l'exploration. En effet, c'est lors de cette séance d'avril 1885 – donc l'année précédant la publication de Reclus, que Foucauld reçut la Médaille d'or de la Société pour ses «levés topographiques au Maroc. »

 

     Au moment de la parution du dernier tome  - tome XIX de cette Nouvelle géographie universelle, consacré à l'Amérique du Nord -, en 1894, Élisée Reclus, revenant sur une oeuvre qui a duré vingt ans redit sa dette collective envers tous ceux qui l'ont aidé : « Ma bonne volonté et mon labeur consciencieux n'aurait pas suffi dans cette  entreprise si des collaborateurs dévoués ne m'avaient soutenu de leurs richesses et de leurs conseils. Mon premier sentiment est donc celui de la gratitude. Je l'adresse à tous les amis qui m'ont aidé directement ou indirectement, par notes, lectures, correspondances, corrections, encouragements ou critiques » (5). 

     Guy BASSET


(1) Référence à un article du Bulletin de la Société de géographie de 1880.
(2) Comptes rendus de la Société de géographie 1884 (séance du 20 juin), p. 374, cité par Jacques de Dampierre, in Charles de Foucauld, Lettres à Henry de Castries, Paris, Grasset, 1938, p. 26.
(3) Cf. Charles de Foucauld, Lettres à Henry de Castries, p. 41

(4) Publié dans : Vicomte Charles de Foucauld, Reconnaissance au Maroc, Journal de voyage conforme à l'édition de 1888 et augmenté de fragments inédits rédigés par l'auteur pour son cousin François de Bondy, Paris, Société d'éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1939, p. 13.

(5) Op. cit. , Tome XIX, p. 794.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes sur le Bx
commenter cet article

commentaires