Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 21:41

L'oeuvre scientifique de Charles de Foucauld (1)

 

     Le numéro 25 des Cahiers Charles de Foucauld, premier numéro de l'année 1952, livrait à ses lecteurs un long article intitulé "L'oeuvre scientifique de Charles de Foucauld" et signé par Robert TINTHOIN, archiviste en chef du département d'Oran, Directeur et conservateur du Musée Demaeght. Soixante ans après, il n'est pas inutile de relire ce travail pour se remémorer cet aspect non négligeable de l'héritage que nous laisse le Bienheureux. Sa publication ici prendra plusieurs jours.

 

 

     Nous avons trop souvent calomnié le XIXème siècle et , Français, épris d'esprit critique, nous avons été portés à minimiser le rôle de notre pays pendant cette période.

     Parvenus à la moitié du XXème (NdLT : rappelons que cette article est de 1952), il nous est pourtant facile de juger, avec impartialité, l'oeuvre de la France au siècle précédent. Notre métropole s'est accrue d'un vaste territoire colonial et nous avons été servis dans tous les domaines par une équipe de valeur.

     Nous ne vanterons pjamais assez la profonde originalité, l'initiative créatrice, le génie de nos hommes d'action et de coeur : un Ferdinand de Lesseps, coupeur d'isthmes, résolvant avec le canal de Suez un problème géographique millénaire ; un Brazza, libérateur d'esclaves, créant seul et sans moyen matériel un empire noir ; des Gallieni, des Mangin, des Lyautey, âmes de chefs et manieurs de foules, sachant respecter les traditions indigènes ; un Laperrine, indépendant et désintéressé, conquérant et administrateur au Sahara, pionnier de l'aviation au désert ; un Foucauld, explorateur et moine, etc.

     Quelle fortune pour une collectivité nationale d'avoir vu naître des génies si divers, capables d'enrichir son patrimoine intellectuel, colonial, politique et...religieux.

 

     Le Vicomte Charles de Foucauld, jeune lieutenant du 4ème chasseurs d'Afrique, âgé de 24 ans, vient de donner sa démission de l'armée, après avoir combattu l'agitateur Bou Amama dans le Sud-Oranais.

     Lettré, artiste et sceptique, ce jeune officier, sorti de Saint-Cyr et de Saulmur depuis quatre ans à peine, a appris une géographie qui était alors plus attachée à la topographie et à la sèche nomenclature de l'époque qu'à l'observation méthodique faisant naître les descriptions précises et vivantes. Attiré par l'originalité du Maghreb et de ses habitants, aguerri par les fatigues du troupier qu'il a partagées sous le dur climat du Sud-Oranais, l'ancien " fêtard " de Sétif - le mot est de son ami Laperrine - se fixe à Alger où il prépare un grand voyage au Maroc.

     Il choisit ce dernier pays, poussé par la curiosité du découvreur, son goût naturel pour l'imprévu, la difficulté et le danger, l'attirance de l'âpre nature africaine, le secret désir de voir s'ajouter la Maroc - féodal et décadent - à l'Algérie - pacifiée après cinquante ans de présence française - et à la Tunisie - placée depuis deux ans, en 1881, sous notre protectorat. Il est l'un des artisans de ce merveilleux triptyque français du Maghreb que nous envie l'étranger.

     Bien qu'il ait eu - jusqu'à l'insurrection de Bou Amama - une réputation justifiée de légéreté, de facilité et de plaisir, il prépare minutieusement et laborieusement cette exploration pendant plus de quinze mois. Ce qui dénote une décision mûrement réfléchie chez un jeune homme habitué jusqu'ici aux coups de tête. Il se livre (dit Rene Bazin, in Charles de Foucauld, 1921, p. 17) " avec ardeur  à l'étude de la langue arabe, de l'hébreu, des coutumes juives et des sciences utiles à la réalisation de son projet... sous la direction du géographe Mac Carthy " conservateur de la bibliothèque nationale d'Alger, et de son adjoint la biologiste Maupas. Il lit " les ouvrages des anciens géographes " arabes et les récits de voyages des grands explorateuirs contemporains. Le reste du temps, Foucauld apprend à se servir du sextant sur un bateau de l'Etat, dans le port d'Alger : il se prépare ainsi aux levées geodésiques."

 

(à suivre)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes sur le Bx
commenter cet article

commentaires