Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 23:29

L'oeuvre scientifique de Charles de Foucauld (4)

 

Voir l'introduction concernant ce texte à la date du 8 décembre, début de publication de cette article.

 

     Foucauld a éprouvé du dépit à perdre 52 jours par an, pour respecter le sabbat israélite et jouer son personnage. " Il n'a rien - dit-il - éprouvé de plus dur : on veut se mettre en route, on ne peut pas ; on est en voyage, il faut s'arrêter. " (Foucauld, Reconnaissance, page 14). Encore s'il pouvait profiter de ce retard pour rédiger ses notes, mais il est défendu d'écrire et cela lui est presque toujours impossible ; au risque d'être découvert comme chrétien.

     Pour une raison religieuse analogue, le respect du Rhamadan (sic) par son escorte musulmane, il est retenu un mois à Fès : il fallait soit attendre, soit se résigner à suivre la route ordinaire (Ibid., page 19). Bien qu'il lui en coûte, il s'y résout et en profite pour faire deux excursions : l'une à Taza, l'autre à Sefrou.

     Parvenu à la moitié du voyage, à Tissint, le 9 janvier 1884, il se heurte à une difficulté d'argent : il doit se rendre à Mogador, car par suite de vols successifs et de nombreuses " zelata ", il lui faut attendre pendant 45 jours l'arrivée de France des fonds nécessaires à la poursuite de son expédition. Il est vrai qu'il met ce temps à profit pour rédiger ses notes, travaille sans arrêt et ne sort qu'une fois par jour pour aller déjeuner chez le chancelier du consulat de France (Ibid., page 113).

     D'autres aventures, plus graves, l'attendent. Chaque fois qu'il séjourne longtemps dans un lieu habité, il est menacé d'être reconnu comme Européen. La première fois, les marabouts de Bou el Djab le font espionner par les juifs du lieu qui surveillent ses moindres démarches, mettent le nez sur son calepin dès qu'il écrit, se jettent sur son thermomètre dès qu'il le touche. Ils rapportent aux musulmans que Foucauld est un astronome, qu'il passe ses nuits à regarder les étoiles et, choses plus graves, qu'il ne parle pas leur langage, qu'il n'écrit pas leur écriture, qu'il ne va pas à la synagogue et qu'ils le suspectent d'être chrétien (R. Bazin, Charles de Foucauld, page 83). Notre explorateur y gagne l'amitié de Sidi Edris qui, plein de prévenances, l'accompagne à Kasba Beni Mellal.

    La deuxième fois, à Tissint, à peine arrivé, il est l'objet de la plus vive curiosité, les Hadj lui font bon accueil et se doutent qu'il est chrétien, mais se taisent, comprenant les dangers que court Foucauld (Bazin, loc. cit., page 67). Il se confie à l'un d'eux, le Hadj bou Rhin, qui devient son ami, le tire d'embarras à Mrimima et l'accompagne à Mogador, au péril de sa vie.

     Enfin, à Debdou, près du terme du voyage, une distraction faillit avoir de dangereuses conséquences. En faisant sa toilette, il oublie qu'un " vrai " juif marocain ne se lave jamais la barbe. Il s'en aperçoit à l'effori de ses compagnons de chambre et leur demande de ne pas le trahir. Les israélites de Debdou surent garder le secret.

     Il lui arrive d'autres mésaventures : à Tétouan, malgré une attente de dix jours, Foucauld et Mardochée ne parviennent pas à trouver un guide pour traverser les tribus insoumises, célèbres par leurs brigandages (Foucauld, Reconnaissance, page 5). Notre voyageur doit abandonner son projet de gagner Fès directement, pour se contenter du chemin ordinaire.

     Il se risque dans la dangereuse région des Zemmour, à l'Ouest de Meknès, où il n'y a plus d'anaïa ni de zelata, mais où tout ce qui passe est pillé. Son pauvre équipage et un appel aux marabouts de Bou el Djab lui facilitent le passage.

 

     (à suivre)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes sur le Bx
commenter cet article

commentaires