Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 18:15

        Encore 1 500 euros à financer 

 

En réponse à l’appel lancé le 21 mai dernier par Mgr Bouvier et relayé dans ces pages, vous avez commencé à envoyer vos dons pour les besoins de fonctionnement de la Cause de Canonisation de Charles de Foucauld.

Le Postulateur remercie les donateurs qui ont ainsi permis de couvrir une bonne partie des frais 2011.

 

L’objectif n’est cependant pas encore totalement atteint, et il nous reste deux mois pour cela.

 

Mgr Bouvier sollicitait en effet 4 800 euros de dons, moitié pour le fonctionnement du Bureau parisien de la Postulation et moitié pour le financement des travaux de recherches nécessaires au dossier de Canonisation.

 

Il manque encore 1 500 euros pour satisfaire totalement le besoin.

 

Le Postulateur vous recommande d’envoyer votre don « Pour la Postulation » à l’adresse des Amitiés Charles de Foucauld, 56, rue du Val d’Or, 92150 SURESNES.

Cela vous permettra de bénéficier des avantages fiscaux prévus par la loi.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Postulation
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 10:47

Charles de Foucauld - Lettres à son ami Henry de Castries

(annonce de parution issue intégralement du site de l'éditeur :

http://www.nouvellecite.fr/Charles-de-Foucauld-Lettres-a-son.html)

La cor­res­pon­dance de Charles de Fou­cauld avec Henry de Cas­tries s’étend sur quinze ans, depuis l’ordination sacer­dotale du Père de Fou­cauld (1901) jusqu’à la mort de celui-​​ci (1916) ; années saha­riennes de Beni Abbès et de Taman­rasset, années spi­ri­tuel­lement les plus épanouies et les plus créa­trices du Bienheureux.

Cette cor­res­pon­dance s’ouvre avec le plus précis, le plus beau récit que Charles de Fou­cauld a donné de sa conversion (1886), récit qu’il confie à un ami très cher et très estimé. Elle révèle les condi­tions concrètes de la vie qu’il a menée au désert, non pas en ermite, mais en être rela­tionnel ouvert à de mul­tiples ren­contres et en savant lin­guiste et ethnologue.

Si nous n’avons pas les lettres d’Henry de Cas­tries, la per­son­nalité et la stature scien­ti­fique de celui-​​ci se découvrent à travers cette cor­res­pon­dance : un explo­rateur, his­torien, spé­cia­liste de l’Islam (il vient de publier L’Islam, qui fait aus­sitôt autorité et demeure aujourd’hui, plus que jamais, d’actualité). Charles de Fou­cauld a trouvé, dans son ami Henry de Cas­tries, un inter­lo­cuteur avec qui l’échange est d’emblée de haute volée.

Cette cor­res­pon­dance se termine par la publi­cation – res­tituée – d’une longue lettre écrite par Charles de Fou­cauld à René Bazin quatre mois avant sa mort, lettre où il est tout par­ti­cu­liè­rement question, d’une part de son attitude envers l’Islam, et d’autre part de son désir intense de faire naître des voca­tions de « défri­cheurs évangéliques ».

Elle est pré­sentée et mise en texte par Bri­gitte Cui­sinier et Jean-​​François Six, his­to­riens, spé­cia­listes de Charles de Foucauld. 320 pages - 21

Une pre­mière édition, en 1938 (Grasset), avait été réa­lisée par Jacques de Dam­pierre, fils adoptif d’Henry de Cas­tries. Épuisée depuis long­temps, elle peut, aujourd’hui, être reprise et aug­mentée grâce à la famille d’Henry de Cas­tries et tout par­ti­cu­liè­rement à son arrière-​​petite-​​fille, Aymardine Matray de Dampierre.

 

Rappel de LT : ce soir, mercredi 19 octobre, à 21 heures 30, Monsieur l'abbé Jean-François SIX présente cette réédition en l'église Saint-Augustin à Paris. Conférence publique et gratuite.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Livres
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 08:22

Au Cercle culturel de l'Oasis

 

 

Nouvelle initiative parisienne, un groupe de lecture autour des écrits de Charles de Foucauld, toutes les six semaines environ, animé par Madame Isabelle REUSE, se met en place au Cercle de l'Oasis.

 

La première rencontre aura lieu le mercredi 9 novembre 2011.

 

 L'inscription à ce groupe de lecture est requise, avant le 31 octobre, à l'adresse électronique : cercle.oasis.babylone.culture@gmail.com

 

Il y aura une participation aux frais.

 

Rattaché à la paroisse Saint-François-Xavier, le Cercle Culturel de l'Oasis s'adresse à un large public. Il propose informations et échanges sur des questions essentielles de la société et de la vie, dans le but de rendre la culture accessible au plus grand nombre et d'encourager le goût de vivre et d'agir dans notre société en favorisant les relations humaines.

 

 

Le Cercle Culturel de l’Oasis,

 Oasis -Espace Babylone

91, rue de Sèvres, 75006 PARIS

 Métros: Duroc, Sèvres-Babylone, Vaneau,

 

Bus: 87, 39, 70

 

 

 

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Evénements
commenter cet article
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 10:05

A propos d'un livre récent

 

     Un des lecteurs de ce blog a été impressionné par les commentaires de presse lus cet été à l'occasion de la parution chez Gallimard d'un roman intitulé " Mardochéé " (cf. son commentaire au " post " du 9 octobre).

 

     Concernant la valeur historique des informations contenues dans ce roman, on peut se reporter à l'article " Un roman très peu historique " publié dans ces pages à la date du 13 juin 2011, article où étaient énumérées plusieurs évidences de l'impossibilité des informations du roman. Ces dernières ne sont pas affirmées comme historiques dans le roman, certes, mais ne sont pas présentées non plus comme imaginaires et, de ce fait, ont été prises pour argent comptant par les commentateurs sans références suffisantes sur le sujet traité.

 

     Concernant la réalité des rapports entre Charles de Foucauld et Mardochée, le mieux est de lire le Bulletin n° 184 des Amitiés Charles de Foucauld, qui publie, comme annoncé il y a deux jours, un texte quasiment inconnu où Charles de Foucauld explique de façon détaillée la nature de ses rapports avec Mardochée, document que Pierre Sourisseau, archiviste de la Cause de Charles de Foucauld, complète par une série d'informations totalement scientifiques, elles, en provenance d'experts de premier ordre sur Mardochée et son temps.

 

     Encore une fois, ce roman est bien un roman : le prétendu testament sur lequel il s'appuie est une invention de son auteur, qui joue ensuite très librement avec les données historiques recoupant nécessairement l'événement exceptionnel qu'il met en scène.

     Ce roman ne peut être considéré en aucune façon comme une source historique de quoi que ce soit ; il n'apporte rien de nouveau à la connaissance de Charles de Foucauld, pas plus qu'à celle de Mardochée.

     C'est pourquoi il est très surprenant de constater avec quelle facilité et manque de recul, voire de sérieux professionnel, des commentateurs en ont parlé comme d'une révélation fiable concernant l'expédition de Charles de Foucauld au Maroc. LT

 

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Livres
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 23:11

Ré-édition d'une très amicale correspondance

 Grasset-1938.jpg

   En 1938, les éditions Grasset avaient publié 48 lettres de Charles de Foucauld à Henry de Castries, " qui par son milieu social, sa formation, sa carrière militaire et africaine, devait rencontrer Foucauld sur sa route ", lequel " par son caractère, sa foi religieuse, sa hauteur de pensée, devait devenir le plus compréhensif de ses amis " (introduction de Jacques de Dampierre, fils adoptif du comte Henry de Castries).

 

   Ces lettres couvrent une période allant du 23 juin 1901 au 25 mars 1916. Elles s'ouvrent par cette inoubliable formule : " Le silence du cloître n'est pas celui de l'oubli " et s'achèvent par ce voeu " Que Dieu vous garde, bien cher ami, qu'Il garde tous les vôtres et qu'Il protège la France ! "

 

 

      Nouvelle-cite-2011-copie-1.jpgLes éditions nouvelle cité et Jean-François Six viennent de rééditer cette correspondance.

      A l'occasion de la parution de cet ouvrage, Jean-François Six donnera une conférence :

 

      le mercredi 19 octobre, à 20 heures 30,

      en l'église Saint-Augustin - 1, avenue César Caire,

      75008 PARIS (Métro Saint-Augustin).

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Livres
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 19:55

Un DOCUMENt quasiment inconnu 

 

   " Le personnage du rabbin Mardochée (1826-1886), le guide de Charles de Foucauld au Maroc en 1883-1884, est de retour dans l’actualité avec deux événements de librairie : (...)

 

   " Pour connaître la pensée de Charles de Foucauld sur ses relations, souvent tumultueuses il est vrai, avec son guide, le mieux est de relire ce qu’il en a écrit lui-même. Sa position concernant Mardochée n’est pas dans son grand ouvrage Reconnaissance au Maroc paru en février 1888 qu’il destinait davantage au monde scientifique qu’au grand public et aux amateurs d’anecdotes. Il l’a exposée, sincèrement et précisément, dans un « supplément » manuscrit inséré dans l’exemplaire dédié à son jeune cousin François de Bondy.

   (...)

   " Voici ce texte avec la pensée de Charles de Foucauld sur son guide et le pourquoi de son silence dans Reconnaissance au Maroc :... "

 

   La suite de cet article écrit par Pierre Sourisseau, archiviste de la Postulation de la Cause de Charles de Foucauld, est à lire dans le numéro 184 du Bulletin trimestriel des Amitiés Charles de Foucauld, daté d'octobre 2011.

   Abonnement 30 € par an, à envoyer à : Amitiés Charles de Foucauld, 56 rue du Val d'Or, 91250 SURESNES.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Actualités
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 18:17

Veillée de prière autour de reliques de Charles de Foucauld

 

   Le samedi 15 octobre 2011, le sanctuaire Notre-Dame du Laus accueillera des reliques du bienheureux Charles de Foucauld (*). Le point d’orgue de cet événement sera la veillée de prière organisée à 20 h 30 dans la basilique du sanctuaire, en présence notamment d’une soixantaine de membres de la Fraternité séculière Charles de Foucauld.

  

   C’est en effet dans le cadre d’une rencontre régionale de cette famille spirituelle que les reliques du bienheureux « frère universel » seront accueillies au sanctuaire marial du diocèse de Gap et d’Embrun.

 

   Née en France en 1950, la Fraternité séculière regroupe des laïcs chrétiens, hommes et femmes, vivant selon la spiritualité de Charles de Foucauld dans leurs vies familiale, professionnelle, et ecclésiale.

 

   En plus du caractère non-habituel d’un tel événement, on ne peut manquer de remarquer que la rime entre « Foucauld » et « Laus » n’est pas seulement sonore… Elle reflète d’abord une connivence spirituelle : la conversion. Le Laus n’a-t-il pas été choisi en 1664 par la Vierge Marie pour être un lieu de conversion, un refuge pour tous les pécheurs ? Quant à la vie de Charles de Foucauld, n’est-elle avant tout le lumineux parcours de conversion d’un pécheur qui s’est abandonné à la grâce ?

 

Source : http://www.sanctuaire-notredamedulaus.com/

 

(*) Note de Laurent Touchagues : il s'agit des reliques appartenant au diocèse de Viviers. En vue de la béatification (prévue pour mai 2005, célébrée finalement en novembre 2005), la Postulation de la Cause de Charles de Foucauld avait préparé plusieurs reliquaires contenant des reliques de premières catégories. En ce qui concerne la France, le Postulateur, Mgr Maurice Bouvier, a donné un reliquaire à l'abbaye Notre-Dame-des-Neiges (dont Foucauld fut moine), un reliquaire à la paroisse Saint-Augustin de Paris, et un reliquaire au diocèse de Viviers, conservé habituellement à la cathédrale.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Evénements
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 09:46

 

Information en provenance du site saumur-kiosque.com :

 

" Foucauld_buste-dessin-1903-B_A.jpgLe Président et les membres de l'association "Patrimoine Religieux en Saumurois" vous invitent à la conférence "Charles de Foucauld, un soldat béatifié" qui sera donnée à Saumur le Mardi 11 octobre prochain

 

La conférence sera prononcée par François Oldra.

 

Le thème ne manquera pas d'intéresser les Saumurois qui se rappelleront que le jeune officier de cavalerie, doté d'une force de caractère hors du commun et d'une foi incomparable, séjourna durant quelques années dans leur ville. "

 

Renseignements pratiques : Mardi 11 octobre 2011, à 20h 30, à la salle Tibériade de la maison Charles de Foucauld, 20 rue du Temple, à Saumur - Entrée libre

 

NDLR : le titre de cette conférence est sympathique et compréhensible. Il ne doit pas laisser penser cependant que Charles de Foucauld a été béatifié comme "soldat", car "soldat" il n'avait plus la foi.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Conférences
commenter cet article
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 10:34

Frère Charles à Jérusalem

 

     Depuis le 4 mars 1897, Charles de Foucauld est à Nazareth, où il a été agréé le 10, par Mère Saint-Michel, comme domestique du monastère Sainte-Claire. Après une grande année de vie régulière et calme, va commencer à partir de juillet 1898, une période de déplacements et de dificultés diverses. Le R. P. Philippe Thiriez, Père Blanc, puisant aux meilleures sources du Procès de béatification, raconte ainsi le premier voyage de Frère Charles à Jérusalem :

 

     " La Mère Elisabeth du Calvaire, Abbesse (des Clarisses) de Jérusalem, voulait juger par elle-même de cet homme qui vivait à l'ombre des Clarisses de Nazareth, craignant qu'elles ne se fassent illusion. On trouva donc un prétexte pour le lui envoyer, avec une lettre. Frère Charles se mit en route le 7 juillet (1898), seul, à pied, refusant toute monture, toute provision, déclarant qu'il voulait mendier en chemin comme un pauvre.

     " Les Soeurs tourières lui indiquèrent vaguement la route : - il y a çà et là des poteaux télégraphiques. Cela me suffit, dit-il. il fit en deux jours un trajet qui en demandait quatre. De mauvaises sandales lui blessaient les pieds. Comme il arriva à la nuit tombée, il ne voulut pas déranger la communauté et passa le reste de la nuit, assis par terre, près du mur de clôture.

     " Frère Charles fut reçu le lendemain par la R. Mère Elisabeth du Calvaire, qui, après quelques instants d'entretien avec lui, comprit à qui elle avait à faire.

     " Elle voulait s'assurer que nous (les Clarisses de Nazareth) n'étions pas " dupes " d'une de ces têtes extravagantes qui ne sont pas rares dans le monde. Le cas était tout autre : l'humilité profonde, l'obéissance parfaite, la mortification extrême, l'amour intense de la réelle pauvreté, du mépris, de l'humiliation, vertus pratiquées vraiment et constamment par le Frère Charles, tout en lui fit répéter par la R. Mère Elisabeth du Calvaire à ses filles, ce que notre Mère (Mère Saint-Michel) nous avait dit du serviteur de Dieu : " Nazareth ne s'est pas trompé, nous avons un saint dans la maison ".

 

(Charles de Foucauld à Nazareth, 1897-1900, Soeurs Clarisses de Nazareth, 1994, pages 49-50)

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes sur le Bx
commenter cet article
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 22:00

Premier séjour à l’Asekrem

 

     De Tamanrasset, Frère Antoine Chatelard nous rappelle que c’est le 6 juillet 1911 que Charles de Foucauld arrivait pour son premier séjour dans l’ermitage de l’Asekrem (1), commencé en mai 1910. Le 9 juillet il écrit à Marie de Bondy, sa cousine :

 

     « C'est le 6 que je suis arrivé ici, à très bon port (…) L’ermitage est on ne peut plus commode ; la chapelle est très recueillie et très bien ; la chambre est claire et assez grande pour qu’on puisse y vivre à deux, et, en se serrant, à trois. La vue est plus belle qu'on ne peut ni le dire ni l'imaginer. Rien ne peut donner une idée de la forêt de pics et d'aiguilles rocheuses qu'on a à ses pieds : c'est une merveille... On ne peut la voir sans penser à Dieu ; j'ai peine à détacher mes yeux de cette vue admirable dont la beauté et l'impression d'infini rapprochent tant du Créateur, en même temps que sa solitude et son aspect sauvage montrent combien on est seul avec Lui et combien on n'est qu'une goutte d'eau dans la mer... Je suis arrivé ici par la pluie, le tonnerre et les éclairs ; le tonnerre dans les montagnes c'était bien beau...  Il fait ici une température de fin d’octobre en France : 16° à midi. J’ai peine à me figurer que je suis en juillet, et bien plus de peine à me figurer que je suis dans le Sahara » (2).

 

 

(1) Charles de Foucauld est en effet revenu à Tamanrasset, après son second voyage en France, le 3 mai 1911 à midi. Il y est resté jusqu’au dimanche de la Visitation (2 juillet) et le mardi 4, en compagnie de quatre touaregs a pris la direction de l’Asekrem où il est arrivé le jeudi 6 juillet à 4 heures du soir. Le vendredi 7 juillet, il y a célébré la première Messe. Il y restera jusqu’au 14 décembre de cette même année (cf. Carnets de Tamarasset, 1905-1916, nouvelle cité, 1986, pages 123 à 126).

(2) Lettre citée par le R.P. Georges Gorrée, in Sur les traces de Charles de Foucauld, Éditions de la plus grande France, 1936, pages 256-257.


Rappel : consulter l'appel lancé par le Postulateur, au 22 mai dans ces pages.

Les besoins financiers de la Cause sont encore de 3 450 € pour cette année. Merci de votre don.


Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article