Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

14 octobre 2006 6 14 /10 /octobre /2006 23:21

Charles de Foucauld (1858-1916) et l’Anjou : le Vicomte Charles de Foucauld fut successivement officier de cavalerie, géographe explorateur du Maroc, trappiste et ermite au Moyen-Orient, prêtre missionnaire hôte des Touaregs du Hoggar et auteur de travaux ethno-linguistiques universellement reconnus sur ce peuple du Sahara algérien.

   En 1878-1879, il achevait sa formation de Saint-Cyrien à l’École de cavalerie de Saumur.

   C’est aux cartes du Comte Henry de Castries que Foucauld eut recours pour préparer son voyage d’exploration du sud marocain, et à ses talents de cartographe pour rendre compte de son itinéraire. C’est à lui qu’il confia les prémices de son retour à la foi catholique. Henry de Castries, islamologue, conseiller général de Maine-et-Loire pendant plusieurs décennies, était le gendre du général Lamoricière et résidait au Chillon dans le Louroux-Béconnais. La correspondance reçue de Charles de Foucauld, qu’il avait conservée, fut la première éditée, en 1938.

   Puis, c’est l’académicien René Bazin, angevin, auteur d’une biographie de Foucauld, bien informée et maintes fois rééditée, de 1921 à 2004, qui a fait connaître Charles de Foucauld et lui a suscité un grand nombre de disciples. Jérôme et Jean Tharaud, rendant compte de cette biographie, attribuaient à un Père Blanc, condisciple angevin de Bazin, le Père Girault, un rôle majeur dans la documentation de l’ouvrage.

   Plus tard, au tournant des années 1950, devait se constituer une association de prêtres s’inspirant de la spiritualité de Charles de Foucauld ; Guy Riobé, futur évêque d’Orléans, fut l’un de ses initiateurs et son premier secrétaire général. Á cette fonction il a contribué à forger l’originalité de cette branche sacerdotale dans la postérité spirituelle multiforme de Charles de Foucauld.

   L’institution et les hommes de l’Anjou qui ont contribué à former Charles de Foucauld, béatifié par l’Église catholique en 2005, ou à diffuser ses idées, doivent être mieux connus si l’on veut cerner quelques-unes des sources de son activité scientifique, de son itinéraire et de sa renommée.

   C'est pourquoi l'Université catholique de l’Ouest organise dans ses locaux, à Angers, avec le concours des Archives départementales du Maine-et-Loire une Journée d'étude, le 24 novembre 2006, dont le détail sera donné ici au début du mois de novembre. L'entrée en sera libre et il n'y aura pas d'inscription préalable.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Evénements
commenter cet article
13 octobre 2006 5 13 /10 /octobre /2006 22:21

" Que Votre règne arrive "... (Mt 6, 10)

Par cette demande, je demande exactement la même chose que par la précédente : la manifestation de la gloire de Dieu et le salut des hommes… Qu’est-ce en effet que l’arrivée du règne de Dieu, sinon que tous les hommes, le regardant comme le seul maître auquel ils ont à cœur d’obéir, comme leur roi tout-puissant et bien-aimé, s’empressent de toutes leurs forces à servir de leur mieux ce roi béni, emploient tout leur cœur, tout leur esprit, toutes leurs forces, toute leur âme à accomplir le plus parfaitement ses moindres désirs ?… Et qu’est-ce que ce zèle incomparable de tous les hommes à servir leur Roi céleste de tout leur cœur, sinon la manifestation de la gloire de Dieu et le salut de tous les hommes ? Combien nous devons prier, soupirer, nous mortifier, diriger nos pensées et nos actions dans ce but, que Notre Seigneur nous apprend à placer non seulement comme 1er, mais encore comme 2e objet de nos prières !… Combien cette demande doit faire le fond de nos oraisons, de nos pensées, de nos désirs, puisque Notre Seigneur nous l’inculque tellement, et puisque nous savons qu’elle a fait le fond de ses prières, de ses entretiens avec son Père pendant toute sa vie !

(Ch. De Foucauld, L'esprit de Jésus, méditations 1898-1915, nouvelle cité, 1978, p. 29-30)

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
12 octobre 2006 4 12 /10 /octobre /2006 15:26

     Que reste-t-il de Charles de Foucauld à Tamanrasset ?

     Dans un texte écrit le 8 juin 2005, c'est-à-dire 5 mois avant la béatification de Charles de Foucauld, le Frère Antoine Chatelard, des Petits Frères de Jésus, répond à cette question avec toute la compétence de celui qui a vécu de nombreuses années à Tamanrasset

     " Après un temps de rejet et d’indifférence, la personne de Charles de Foucauld trouve son vrai visage et sa place dans l’histoire locale. On se félicite de sa béatification annoncée. En effet, laissant de côté le contexte colonial de l’époque, ceux qui s’intéressent au travail scientifique ou simplement à la valeur humaine de cet homme peu ordinaire et ceux qui ont pu découvrir sa dimension spirituelle ne peuvent que se réjouir de cette reconnaissance officielle. Á Tamanrasset, on voit déjà les conséquences heureuses que cette publicité nouvelle pourrait avoir pour l’économie locale si liée au tourisme international. D’autres pensent aux rencontres interculturelles que cette année pourrait permettre d’organiser.

" En 1963, le corps de Laperrine était transféré en France dans le caveau de famille à Carcassonne. Le corps de Charles de Foucauld avait été transporté près d’El Goléa depuis 1929. Que reste-t-il de lui à Tamanrasset ? Dans un développement incroyable de la ville, il reste les lieux où il a vécu. Aujourd’hui des pèlerins et de simples visiteurs, de plus en plus nombreux, viennent de tous les coins du monde s’y recueillir en essayant de comprendre ce qui a pu amener un homme aussi exceptionnel à s’installer dans ce « lieu délaissé ».

" Dans la « Frégate », où il a passé l’essentiel de ses onze années au Hoggar, ils peuvent retrouver l’âme de celui qui a fait construire cette misérable demeure qui lui servait d’oratoire, de chambre et de bureau. On ne peut qu’être impressionné par les dimensions et l’atmosphère de cet étroit couloir qui oriente vers l’autel.

                                                       

" Autre est le langage de la maison construite sur le sommet du plateau de l’Asekrem. Face à l’un des plus beaux paysages du monde, la vue que l’on a de là-haut produit son effet sur l’incroyant autant que sur le croyant qui se sent porté à adorer le Créateur. Personne ne reste indifférent au choix d’un tel emplacement qui révèle quelque chose de ce qu’était celui qui, le premier, eut l’idée de faire construire sa maison sur ce sommet. Depuis Tamanrasset, en quelques jours, les  marcheurs peuvent rejoindre ce haut-lieu pour un véritable pèlerinage.

" Dans le « bordj », où il a passé les cinq derniers mois de sa vie, une permanence est assurée chaque jour permettant à des milliers de visiteurs de se faire une idée de la vie et de la mort de celui qui fit construire cette casbah en terre par les habitants de Tamanrasset, et pour eux. Une exposition de photos permet de connaître le parcours de sa vie et, une autre, l’histoire du développement de la ville.

" Ici ce sont les lieux qui parlent et interpellent, empêchant d’en rester à l’émotion esthétique ou à la simple admiration. Ils invitent à découvrir le secret de la vie d’un homme. Ce qu’il a dit de sa propre expérience, au contact de musulmans, peut s’appliquer à lui car « la vue de cette foi, de cette âme vivant dans la continuelle présence de Dieu peut faire  entrevoir quelque chose de plus grand et de plus vrai que les occupations mondaines »."

(extrait d'un article publié par le Bulletin trimestriel des Amitiés Charles de Foucauld, n° 159, juillet 2005)

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans La Frégate
commenter cet article
11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 17:52

     Grâce à une anthologie chronologique intitulée « Au fil des jours » et aux 17 volumes de l'édition intégrale de ses oeuvres spirituelles (édition commencée en 1973 et achevée en 2002), il est facile de lire Charles de Foucauld, d'étudier sa pensée, d'entreprendre une recherche le concernant voire même un travail universitaire, bref d'entrer directement en contact avec sa personnalité et son message.

Pour découvrir comment il lisait et méditait la Bible et notamment les Évangiles, il faut se plonger dans les titres suivants :

     En vue de Dieu seul, paru en 1973 ; Aux plus petits de mes frères, 1974 ; Crier l'Évangile, 1975 ; Petit frère de Jésus, 1977 ; L'esprit de Jésus, 1978 ; Qui peut résister à Dieu, 1980 ; Commentaire de saint Matthieu, 1989 ; La bonté de Dieu, 1996 ; L'imitation du Bien-aimé, 1997 et Méditations sur les Psaumes, 2002.

Pour le suivre dans les temps forts de ses retraites où il essaie de formuler sa vocation personnelle, il faut aller chercher dans ces trois ouvrages :

     La dernière place, nouvelle édition novembre 2002 ; Seul avec Dieu, 1975 ; Considérations sur les fêtes de l'année, 1987.

Pour entrer dans la compréhension de ses projets de vie, qui, de sa conversion à sa mort, ont été variés mais toujours cohérents, il faut lire :

     Règlements et directoires, 1995.

Enfin, pour le retrouver dans son quotidien, il faut vivre avec lui au rythme des carnets où il écrit sur tout ce qui le touche et tout ce qu'il aime. On le peut avec trois volumes surtout :

     Voyageur dans la nuit, 1979 ; Carnets de Tamanrasset, 1986 ; Carnet de Beni-Abbès, 1993.

Cette édition intégrale a été confiée aux Éditions NOUVELLE CITÉ (voir lien ci-contre)

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Livres
commenter cet article
10 octobre 2006 2 10 /10 /octobre /2006 17:38

Les Amitiés Charles de Foucauld, fondées en 1947, se proposent de faire connaître l’œuvre et la personnalité de Charles de Foucauld sous les divers aspects de sa vie : militaire, explorateur, religieux, prêtre, missionnaire, scientifique... et dans le contexte qui fut le sien, depuis sa naissance en Alsace en 1858 jusqu’à sa mort au Hoggar pendant la guerre 1914-1918.

L’association Les Amitiés Charles de Foucauld ne fait pas partie de la famille spirituelle de Charles de Foucauld, mais est une association 1901 qui travaille en lien avec la Postulation pour les recherches historiques, pour la publicité, et pour les ressources financières exigées par le déroulement de la Cause. 

Les Amitiés Charles de Foucauld ont publié, de 1946 à 1956, les Cahiers Charles de Foucauld (44 volumes parus), puis à partir de 1948 un bulletin de liaison L’Appel du Hoggar qui se veut l’organe de la Postulation et qui depuis 1965 est trimestriel et a comme titre Bulletin trimestriel des Amitiés Charles de Foucauld.

Le siège des Amitiés Charles de Foucauld et du Bulletin trimestriel des Amitiés Charles de Foucauld est :

56, rue du Val d’Or, 92150 SURESNES, Tél. 01 41 38 06 85 (CCP Paris 6 350 05 D).

 Abonnement annuel au Bulletin trimestriel des Amitiés Charles de Foucauld : 16 €.
Cotisation de membre de l’Association des Amitiés Charles de Foucauld : 8 € par an.

 

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Postulation
commenter cet article
9 octobre 2006 1 09 /10 /octobre /2006 16:46

La courte biographie ci-dessous de Charles de Foucauld est celle que l'on trouve aujourd'hui sur le site du Vatican. Elle a les avantages et les inconvénients des raccourcis. Sa richesse principale est la suite de formules foucauldiennes (mises en italiques gras par mes soins) qu'on peut y lire.

« Charles de Foucauld (Frère Charles de Jésus) naquit à Strasbourg, en France, le 15 septembre 1858. Orphelin à six ans, il fut élevé, avec sa sœur Marie, par son grand-père, dont il suivit les déplacements dus à sa carrière militaire.

« Adolescent, il s'éloigna de la foi. Connu pour son goût de la vie facile, il révéla cependant une volonté forte et constante dans les difficultés. Il entreprit une périlleuse exploration au Maroc (1883-1884). Le témoignage de la foi des musulmans réveilla en lui la question de Dieu :  "Mon Dieu, si vous existez, faites que je vous connaisse".

 « De retour en France, touché par l'accueil affectueux et discret de sa famille profondément chrétienne, il se mit en quête. Guidé par un prêtre, l'abbé Huvelin, il retrouva Dieu en octobre 1886. Il avait 28 ans. "Aussitôt que je crus qu'il y avait un Dieu, je compris que je ne pouvais faire autrement que de ne vivre que pour lui".

« Un pèlerinage en Terre Sainte lui révéla sa vocation :  suivre Jésus dans sa vie de Nazareth. Il passa sept années à la Trappe, d'abord à Notre-Dame des Neiges, puis à Akbès, en Syrie. Il vécut ensuite seul dans la prière et l'adoration près des Clarisses de Nazareth.

« Ordonné prêtre à 43 ans (1901), il partit au Sahara, d'abord à Beni-Abbès, puis à Tamanrasset parmi les Touaregs du Hoggar. Il voulait rejoindre ceux qui étaient le plus loin, "les plus délaissés, les plus abandonnés". Il voulait que chacun de ceux qui l'approchaient le considère comme un frère, "le frère universel". Il voulait "crier l'Évangile par toute sa vie" dans un grand respect de la culture et de la foi de ceux au milieu desquels il vivait. "Je voudrais être assez bon pour qu'on dise :  Si tel est le serviteur, comment donc est le Maître ?".

« Le soir du 1 décembre 1916, il fut tué pas une bande qui avait encerclé sa maison.

« Il avait toujours rêvé de partager sa vocation avec d'autres :  après avoir écrit plusieurs règles religieuses, il pensa que cette "vie de Nazareth" pouvait être vécue partout et par tous. Aujourd'hui, la "famille spirituelle de Charles de Foucauld" comprend plusieurs associations de fidèles, des communautés religieuses et des instituts séculiers de laïcs ou de prêtres. »

(http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20051113_de-foucauld_fr.html)

La Frégate : premier ermitage de Charles de Foucauld à Tamanrasset ; voir premier article de ce blog.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes sur le Bx
commenter cet article
7 octobre 2006 6 07 /10 /octobre /2006 22:44

Extrait de l'homélie prononcée en français le 13 novembre 2005 par le Cardinal José Saraiva Martins, lors de la cérémonie de béatification de Charles de Foucauld dans Saint-Pierre de Rome

 

 

 " Le Saint-Père Benoît XVI rappelait récemment que « nous pouvons résumer notre foi en ces mots : Iesus Caritas, Jésus Amour » (Angelus, 25 septembre 2005, Osserv. Rom. 26-27.9.2005, p. 1.), qui sont les mots mêmes que Charles de Foucauld avait choisis comme devise qui exprimât sa spiritualité.

       " La vie aventureuse et fascinante de Charles de Foucauld offre une preuve convaincante de la vérité de ces paroles du Souverain Pontife. On peut, en effet, découvrir sans peine comme un fil rouge qui, à travers tous les changements et toutes les évolutions, pénètre de part en part l'existence du Frère Charles ; comme l'écrit, en 1889, l'abbé Huvelin au Père Abbé de Solesmes : « il fait de la religion un amour ».

" Charles lui-même révélait ainsi, à un ami de lycée resté agnostique, ce qu'il appelait « le secret de ma vie » : « L'imitation est inséparable de l'amour... J'ai perdu mon coeur pour ce Jésus de Nazareth crucifié il y a mille neuf cents ans et je passe ma vie à chercher à l'imiter autant que le peut ma faiblesse » (Mars 1902, lettre à un ami de Lycée, Gabriel Tourdes).

     " Dans la correspondance avec Louis Massignon, on peut analyser la liberté que Charles a acquise dans sa manière d'apprendre à aimer : « L'amour de Dieu, l'amour du prochain... Là est toute la religion... Comment y arriver ? pas en un jour puisque c'est la perfection même : c'est le but auquel nous devons nous rapprocher sans cesse et que nous n'atteindrons qu'au ciel » (1er novembre 1915 à Louis Massignon). "

 

La Frégate : premier ermitage de Charles de Foucauld à Tamanrasset ; voir premier article de ce blog.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes sur le Bx
commenter cet article
7 octobre 2006 6 07 /10 /octobre /2006 10:25

 Suite de la méditation sur le Notre Père (voir texte du 30 septembre)

" Que Votre nom soit sanctifié "... (Mt 6, 9)

Que demandons-nous par ces mots, mon Seigneur ? … Nous demandons tout ce qui est l’objet de nos désirs, tout ce qui est le but, la fin de notre vie, de l’Église, et de votre propre vie, mon Seigneur Jésus ! Nous demandons la manifestation de la gloire de Dieu et le salut des hommes… Qu’est-ce en effet que demander que votre nom soit sanctifié, sinon prier que vous soyez aussi glorifié que possible par tous les hommes, par leurs pensées, leurs paroles et leurs actions ? Et ceci c’est à la fois la manifestation de votre gloire et leur perfection… C’est donc le but à la fois unique et double de toutes nos prières et de toute notre vie que contiennent ces mots « que votre nom soit sanctifié » (…) Cela n’empêche pas que nous fassions des prières et des actes pour des objets particuliers concourant au but général, comme Notre Seigneur prie pour ses apôtres en particulier et instruit, guérit, tel et tel individu : … par nos actes, nous, si petits, n’aurons presque toujours d’influence apparente que sur les individus, mais offrons-les à Dieu, appliquons-les pour le bien général, et, dans nos prières, qui touchent et atteignent l’infini, donnons toujours la plus grande part à la demande générale de la manifestation de la gloire de Dieu et du salut des âmes, imitant en cela Notre Seigneur Jésus Christ

 

 

 

(Ch. De Foucauld, L'esprit de Jésus, méditations 1898-1915, nouvelle cité, 1978, p. 28-29)

 

La Frégate : premier ermitage de Charles de Foucauld à Tamanrasset ; voir premier article de ce blog.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
6 octobre 2006 5 06 /10 /octobre /2006 22:06

Le Bienheureux

 

CHARLES

DE FOUCAULD  

(15.09.1858 - 1.12.1916)

 

1858 - 1876 :  Enfance et adolescence

  

   1876 - 1882 : Vie militaire :                      

              

           Saint-Cyr :                                     1876 - 1878

           Saumur :                                        1878 - 1879      

           4ème Hussards :                             1879 - 1881

           4ème Chasseurs d'Afrique :            1881 - 1882

 

   1882 - 1890 : Explorations et Conversion :

 

                           Préparation à Alger :                               1882 - 1883

                           Reconnaissance au Maroc :                     1883 - 1884

                           Autres explorations :                               1885 - 1886

                           Conversion :                                           1886 (fin octobre)

                           Pèlerinage en Terre Sainte :                     1888 - 1889

 

   1890 - 1916 : Vie consacrée :

                  

                           Trappste à Notre-Dame des Neiges :        1890

                           Trappiste à Akbès :                                  1890 - 1896

                           Nazareth :                                                1897 - 1900

                           Ordination sacerdotale :                            1901

                           Béni Abbès :                                            1901 - 1905

                           Tamanrasset :                                           1905 - 1916

 

   1927 - 20?? : Procès de canonisation :

                                         Procès informatif :                       1927 - 1947

                                         Révision des écrits :                    1947 - 1956

                                         Approbation des écrits :              1968

                                         Introduction à Rome :                 1978

                                         Décret de non-culte :                  1979

                                         Dépôt de la Positio :                  1995

                                         Décret d'héroïcité des vertus :     2001

                                         Béatification :                              2005         

                                         Canonisation :                             ?       si Dieu le veut !

                                                                          
Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Actualités
commenter cet article
5 octobre 2006 4 05 /10 /octobre /2006 18:12

      « Espérons, nous sommes bien de ceux que Jésus est venu sauver car nous périssons… car sans lui nous périssons sans cesse… Espérons, car quelles que soient nos fautes, Jésus veut nous sauver. Plus nous sommes pécheurs, plus nous sommes près de la mort, plus nous sommes dans un état désespéré pour le corps et pour l’âme, plus pour ainsi dire Jésus veut nous sauver, car il est venu sauver ce qui va périr… ne nous décourageons jamais, espérons toujours ! Nous sommes au bord de l’abîme, nous allons périr après nos ingratitudes multiples, nous périssons : c’est précisément nous que Jésus vient sauver. Il vient sauver ceux qui périssent, bon à l’infini et puissant à l’infini. Que jusqu’à la dernière minute, tant qu’il y a un souffle de vie, tout espère en lui ! »

        (Charles de Foucauld, En vue de Dieu seul, nouvelle cité, p. 272)

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article