Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 20:25

Résolutions pour 1908, écrites à la date du 4 février

 

 "4. (février 1908) - Ma retraite annuelle de 1908 a été faite par anticipation du 31 août au 8 septembre 1907. La résolution générale a été celle-ci : 1) - Pratiquer complètement, constamment, parfaitement, perpétuellement le Règlement des Petits-Frères du Sacré-Cœur de JESUS. 2) - Me convertir. 3) - Prier et souffrir pour l'établissement, développement, sanctification des Petits-Frères et Petites-Sœurs du Sacré-Cœur de JESUS. 4) - Prier et souffrir pour la conversion des Infidèles et faire tous autres actes utiles à leur conversion et conformes au Règlement des Petits-Frères du Sacré-Cœur de JESUS. - 'Si quelqu'un veut venir à ma suite, qu'il se renonce à lui-même, et qu'il prenne sa croix chaque jour pour me suivre' (Luc 9, 23). - Cor Jesu Sacratissimum, adveniat Regnum tuum."

 

Source : Carnets de Tamanrasset, page 88

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 21:02

Retraite annuelle de 1907, accomplie du 13 au 21 novembre 1906

 

"21. (novembre 1906) - Fête de la Présentation de la T. S. Vierge. Achevé retraite annuelle 1907. Résolution générale : Pratiquer très fidèlement le Règlement des petits-frères du S.-Coeur de JESUS, lequel exprime la volonté de JESUS pour moi : Son Imitation dans la vie de Nazareth, avec l'adoration du T.S. Sacrement, en vivant parmi les peuples infidèles les plus délaissés : - Si quelqu'un veut me servir, qu'il me suive (Jean 12, 26)."

 

Source : Carnets de Tamanrasset, page 73

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 21:21

Le 29 novembre 1905, fin de la retraite annuelle de 1906.

 

 

"Ma résolution de retraite est : Faire tout mon possible pour le salut des peuples infidèles de ces contrées, dans un oubli total de moi.- Par quels moyens ? - Par la présence du T.S. Sacrement, le S-Sacrifice, la prière, la pénitence, le bon exemple, la charité, la sanctification personnelle,- en employant moi-même ces moyens, et en faisant tout mon possible pour multiplier ceux qui les emploient au milieu d'eux, et ceux qui, sans être au milieu d'eux , les emploient pour eux."

 

 

Source : Carnets de Tamanrasset, page 63

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 22:00

Suite de la méditation pour le Mercredi des Cendres 23 février 1898

  

      Quel serrement de cœur pour votre mère, qui voit en frémissant l’avenir, la carrière qui s’ouvre devant vous ; pourtant elle est résignée : elle adore, accepte, aime la volonté de Dieu : mais tout en voulant à plein cœur tout ce que Dieu veut, même vos douleurs, comme elle les souffre de tout son cœur aussi… Et vous, mon Dieu, vous partirez à la fois triste et joyeux, joyeux d’offrir à Dieu ce sacrifice complet, joyeux de Lui donner une telle gloire, joyeux de faire ce bien aux hommes : « vous êtes si pressé s’être baptisé de ce baptême de votre sang ». Vous désirez « d’un si grand désir » en être à votre dernière Cène… Vous êtes triste, cependant, de la tristesse de votre mère… triste aussi de cette tristesse qui voile si souvent votre visage en vos jours mortels, à la pensée du grand nombre des âmes que votre sacrifice ne sauverait pas, de ce grand nombre de vos enfants perdus pour toujours, et de la mer de péchés et de douleur qui inondent le monde… triste enfin de cette tristesse qu’éprouve la nature humaine la plus parfaite en quittant, surtout en quittant, pour un si grand changement de vie, les lieux où ont été coulés des jours paisibles et heureux entre des êtres aimés. Vous avez parcouru tant de fois ces lieux, enfant, adolescent, homme, entre Marie et Joseph ! Comment ne seraient-ils pas chers à votre cœur si tendre ! Vous y avez tant de fois adoré, contemplé votre Père, vu le ciel ouvert… Comment le souvenir de ces douceurs célestes, attaché à ce coin de terre, ne vous attendrirait-il pas ?... Mon Seigneur Jésus, faites-moi passer cette dernière nuit entre vous et votre mère et faites-la moi passer de manière à vous consoler le plus possible, je vous le demande de tout mon cœur, en vous, par vous et pour vous.

 

Amen.

      Ô Mère bien-aimée, appuyez ma prière auprès du Cœur sacré de Jésus.

 

      Source : Considérations sur les fêtes de l’année, nouvelle cité, 1987, pages 142-143.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 22:27

Méditation de Charles de Foucauld pour le Mercredi des Cendres de l'année 1898

 

23 FÉVRIER – Mercredi des Cendres. – Saint Pierre Damien, confesseur, évêque, cardinal, docteur de l’Église († 1072).

 

Mon Seigneur Jésus, voici la dernière nuit que vous allez passer à Nazareth avant votre baptême, la dernière nuit de votre vie cachée, la dernière nuit de cette première partie de votre vie, de votre tranquille et douce obscurité de Nazareth… Encore une nuit à passer en prière avec la très sainte Vierge comme vous en avez tant passées, et puis ce sera fini pour jamais… Vous passerez encore des nuits en prière, des nuits en prière avec votre mère, mais plus jamais dans cette obscurité, dans cette retraite, dans cette solitude non seulement du lieu mais de l’âme, inconnu à tous excepté à elle, oublié de tous excepté d’elle… La volonté de Dieu se fasse… quelle qu’elle soit, elle est bénie… C’est le bien qui sortira de ces douleurs, la gloire de Dieu ; pour qu’il soit servi, que vous soyez aimé, il faut que vous vous fassiez connaître… et puisque vous vous êtes fait homme, ô mon Seigneur, il faut que vous souffriez, puisque c’est une loi universelle depuis Adam que les hommes ne peuvent faire du bien sur la terre qu’au prix de beaucoup de peine, « à la sueur de leur font »… Demain vous quitterez cette bourgade qui vous a abrité, caché, possédé trente ans…

                                                                                               (à suivre)

 

Source : Considérations sur les fêtes de l’année, nouvelle cité, 1987, page 142.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 20:18

En tournée, notes du carnet de Beni Abbès.

 

      21 - Ce matin (1), placé la Ste Réserve dans le Tabernacle. Depuis mon départ de Beni Abbès j'ai pu, grâce à Dieu, célébrer la Ste Messe tous les jours.

     A partir d'aujourd'hui je commence à prendre des leçons de tamahaq (2) de Mohamed Abd el Qader, homme des Settaf qui a longtemps voyagé chez les Touareg et résidé à Tombouktou (sic).

     Pour entrer en relations avec les Touareg il me faut leur faire des aumônes : pour suivre les officiers dans leurs tournées, il me faut un méhari (3) et un chameau de bât. Bien que Raymond (4) m'ait très affectueusement et généreusement offert tout ce qu'il faudrait pour mes voyages, je pense mieux faire en demandant ce qui me manque (1000 francs : soit 500 francs aumônes ; et 500 francs chameaux) à Marie de B. (5) Il me semble que , devant Dieu, c'est le mieux, car nul mieux qu'elle n'est capable de bien interpréter ma demande, connaissant comme elle fait le fond de mon âme, et cela ne lui est pas une gêne. Je lui ai donc écrit d'Adrar pour lui demander cette somme (d'ici à six mois), en la priant de l'envoyer directement au Capitaine Chef du Bureau arabe de Beni Abbès.

 

     Source : Carnet de Beni Abbès (1901-1905), nouvelle cité, 1993, page 91.

 

 

     Notes de LT :

     (1) 21 février 1904.

     (2) La langue des Touareg.

     (3) Dromadaire de monte.

     (4) Raymond de Blic, son beau-frère.

     (5) Sa cousine Marie de Bondy.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 22:20

21 février 1904

 

     Ma bonne chérie,

 

     Je pense à toi, je prie pour toi, je t'envoie ce petit mot, chemin faisant (1), par une occasion imprévue. Je ne puis t'écrire qu'une ligne, mais elle te dira que je t'aime de tout mon coeur, que je prie de mon mieux pour toi, Raymond et les enfants ; que mon voyage se poursuit bien ; je suis bien portant et content. Prie pour moi... afin que je fasse le bien que JESUS demande de moi. Il y en a beaucoup à faire, et je me félicite de faire cette tournée...

 

     Fr. Ch. de Jésus

 

(1) Charles de Foucauld est en tournée dans l'Adrar et au Hoggar, avec son ami Laperrine, avec l'accord de ses supérieurs.

 

Source : Lettres à sa soeur Marie de Blic, Le livre Ouvert, 2005, page 129.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 21:30

Au colonel Louis Foucauld de Pontbriand, de Syrie (fin)

 

     Qu'il y a de douleurs sur la terre, mon pauvre Louis ! et que c'est triste de pouvoir si peu les soulager ! Merci des nouvelles que tu me donnes de la rue d'Anjou. J'espère que l'hiver se passera bien pour vous tous qui m'êtes si chers, auxquels je pense tant, auxquels je reste si uni... la distance n'est rien : elle sépare si peu nos cœurs !

     Rien de nouveau pour moi ; la vie se poursuit monotone et calme ; on tâche d'oublier qu'on a un corps et l'esprit vit avec Dieu pour L'admirer et L'aimer et avec les êtres qu'on chérit pour prier pour eux. C'est une douce vie toute d'amour : il n'y a de place que pour l'amour dans notre esprit et dans notre âme : nous ne vivons que dans lui et pour lui.

    

     Tu en as ta bonne part, tu le sais, mon cher Louis.

     Tout à toi en N.-S. Jésus-Christ

 

     Fr. Marie-Albéric.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 21:32

Lettre du 20 février 1896 au colonel de Foucauld de Ponbriant

 

Trappe de N.-D.-du-Sacré-Cœur

     Jésus

 

     Merci mon cher Louis de ta lettre du mois de décembre : merci de tes souhaits de bonne année : tu me souhaites tout ce qu'un Trappiste peut désirer : ce n'est pas peu de choses : c'est Dieu même que je désire dans cette vie et dans l'autre ; L'aimer, être aimé de Lui et le contempler éternellement dans l'autre vie, voilà ce que je désire : Tu vois que tes souhaits vont plus loin que la terre et que la vie et tu ne pouvais me faire de meilleurs souhaits que ce que tu le fais...

     Il est doux de parler de Dieu et de l'autre vie, mon cher Louis, cela est plus beau et plus consolant que de parler du pauvre monde. Ici nous avons été au milieu des massacres, des pillages, des assassinats... Notre qualité d'Européens nous a garantis, à tel point que non seulement nous n'avons couru aucun danger sérieux, mais encore que notre présence et celle d'une mission de Lazaristes à trois kilomètres de nous ont protégé les chrétiens des deux localités...

     Le pays est beaucoup plus tranquille maintenant : aussi tu n'as aucune inquiétude à avoir à mon sujet. Les autorités ont veillé avec le plus grand soin à notre sécurité ; et de plus tout le pays semble plus calme depuis quelques semaines... Mais il y a eu des horreurs : environ 100.000 massacrés probablement, de tout âge, de tout sexe, les populations les plus inoffensives, massacrées en bloc, froidement, par la troupe.

     Et pour les survivants, c'est une misère épouvantable : leurs villages ont été brûlés, tous leurs biens pris : ils sont sans abris, sans ressources, sans secours, entourés d'ennemis, au milieu de l'hiver, dans leurs montagnes couvertes de neige : c'est plus lamentable que tout ce qu'on peut imaginer...

     (à suivre)

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 23:45

                           Grandir en grâce et en sagesse

 

Lc 2, 51-52. « Il croissait en sagesse, et en âge, et en grâce ». Á mesure qu’il avançait en âge, la sagesse et l’abondance des grâces divines qui étaient en lui se manifestaient de plus en plus, apparaissaient de plus en plus aux yeux, par ses actes extérieurs…

« Qu’il en soit de même en nous : à mesure que nous prenons de l’âge, que la grâce reçue au baptême, celle que versent en nous les sacrements, celle dont Dieu fait don avec une abondance croissante à l’âme fidèle, paraissent de plus en plus dans nos œuvres : que chaque jour de notre vie marque un progrès en sagesse et en grâce…

« Pleurons, humilions-nous s’il en est autrement, surtout si par malheur nous reculons ; mais ne nous décourageons pas ; que notre arrêt ou notre recul nous rende plus humbles, plus défiants de nous, plus vigilants, plus indulgents, plus pleins de bonté pour les autres, plus doux, plus humbles, plus respectueux, plus fraternels avec notre prochain, repentants, pénétrés de notre misère et de notre ingratitude, mais toujours infiniment confiants en Dieu, toujours sûrs de son amour, l’aimant d’un amour d’autant plus attendri et plus reconnaissant, qu’il nous aime malgré nos misères, lui disant après chaque chute, comme saint Pierre : « Seigneur, vous savez que je vous aime ».

 

 

Charles de Foucauld, « Voyageur dans la nuit, notes de spiritualité 1888-1916 », note quotidienne du 21 juin 1916, éditions Nouvelle Cité, page 209.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article