Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 22:29

Sur la prière : Frappez et on vous ouvrira (2)

 

« Demandez et on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ;

frappez et on vous ouvrira » (Mt 7, 7)

« Le cœur qui aime n’a rien de plus doux que d’exaucer les demandes de celui qu’il aime : nous devons donc non seulement demander, mais demander beaucoup, demander les plus grandes grâces, demander sans cesse à Notre Seigneur, et cela pour consoler le plus possible son Cœur. Dans la demande est supposée la confiance, la foi à l’amour qu’on a pour nous : demander, c’est une manière pour nous de prouver à Notre Seigneur que nous croyons à son amour infini pour nous : c’est un devoir pour nous de lui donner cette preuve de notre foi à son amour, foi si consolante et si douce au Cœur qui aime. Enfin, nous sommes si indignes, si ingrats, si mauvais, que si Dieu nous donnait toujours tout sans que nous demandions, nous oublierions que les choses viennent de lui, nous ne le remercierions ni ne le louerions ni ne penserions à lui, nous ne lui parlerions pas, l’entretien, le commerce entre nous et le ciel s’interromprait, tandis qu’en n’accordant certaines choses qu’à nos prières, Dieu nous force à élever sans cesse les yeux vers lui, à lui parler sans cesse, à lui crier sans cesse «  au secours ! », à être en communication continuelle avec lui, à conserver tous les instants sa pensée et sa présence, et par là il nous oblige à remplir le 1er comme le plus salutaire et le plus doux des devoirs…Qu’il est doux ce devoir d’avoir sans cesse les yeux sur le Bien-Aimé, sur notre Dieu, et de lui parler sans cesse ! »

 

Bienheureux Charles de Foucauld, L’esprit de Jésus, page 37.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 22:36

Sur la prière : Frappez et on vous ouvrira (1)

 

« Demandez et on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ;

frappez et on vous ouvrira » (Mt 7, 7)

 

« Ces trois paroles ont le même sens : Notre Seigneur nous répète la même chose sous trois formes : qu’il faut demander dans la prière, demander sans relâche, et qu’il nous accordera toujours : si parfois il semble ne pas nous accorder notre demande, c’est que notre demande n’était pas assez éclairée et au lieu d’elle il nous a accordé quelque chose de meilleur… Pourquoi devons-nous demander dans la prière, au lieu d’attendre simplement que Dieu, qui est si bon, nous donne ce qu’il nous faut ? – D’abord parce que Notre Seigneur nous le commande ici et dans une foule d’autres endroits ; puis parce qu’il nous en donne l’exemple, soit dans le Pater, soit dans les prières qu’il adresse à son Père ; puis parce que c’est un effet de l’amour d’exposer avec simplicité et abandon toutes ses affaires, toutes ses pensées à son Bien-Aimé, et par conséquent ses besoins et ses désirs ; puis parce que c’est un effet aussi de l’amour d’aimer à recevoir de son Bien-Aimé, d’aimer à voir se multiplier sans mesure ses dettes envers lui, d’aimer à tout lui devoir, à tout recevoir de lui et rien de nul autre, ce qui entraîne naturellement la demande ; puis parce que si le cœur qui aime met sa joie à donner à l’être aimé, il lui est encore plus doux de donner à cet être aimé quand il demande que sans demande de sa part, nous devons donc faire ce plaisir au Cœur de Notre Seigneur qui nous aime tant. »

(à suivre) 

 

Bienheureux Charles de Foucauld, L’esprit de Jésus, pages 36-37.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 20:38

Sur la prière : La mesure dont Dieu se servira 

 

« La mesure dont nous nous servirons pour les autres

sera celle dont Dieu se servira pour nous» (Mt 7, 2)

 

« Donc plus nous aurons usé de charité envers le prochain en demandant des grâces pour lui dans la prière, plus Dieu usera de bonté et nous donnera ses grâces... Il n’y a pas de paroles dont Notre Seigneur ne se serve, pas de moyens qu’il n’emploie pour nous dire et nous redire de prier sans cesse pour notre prochain : Plus nous prierons pour les autres, plus Dieu nous comblera de grâces, plus nous lui serons agréables par conséquent, voilà ce que nous dit Notre Seigneur… La prière pour le prochain, la prière pour tous les hommes, voilà notre œuvre quotidienne, comme elle fut l’œuvre quotidienne de Notre Seigneur, voilà une œuvre toujours parfaitement agréable à Notre Seigneur, toujours infiniment douce à son Cœur. »

Bienheureux Charles de Foucauld, L’esprit de Jésus, pages 35-36.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 08:30

Sur la prière : Le reste par surcroît 

 

« Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice,

et le reste vous sera donné par surcroît » (Mt 6, 33)

 

« Nous n’avons donc pas à prier pour nos besoins temporels, pour notre pain matériel : il nous sera donné par surcroît : Notre Seigneur nous l’affirme : il nous assure que nous le recevrons dans la mesure où il est le plus utile à nos âmes, par surcroît, pourvu que nous cherchions avant tout le royaume de Dieu et sa justice… Ne demandons donc dans nos prières que le royaume de Dieu, c’est-à-dire la manifestation de la gloire de Dieu, par notre sanctification et celle de tous les hommes. Et n’y demandons aucun bien temporel ni pour nous ni pour les autres. Cette dernière demande est inutile pour deux causes : 1° Notre Seigneur nous affirme que les biens matériels nous seront donnés par surcroît si nous cherchons fidèlement les spirituels ; 2° la demande de ce qui est nécessaire pour notre sanctification et pour celle de tous les hommes comprend pour eux et pour nous celle des biens matériels dans la mesure où ils sont bons pour les âmes… C’est l’avis de sainte Thérèse (1), si fortement exprimé !… c’est l’exemple de Notre Seigneur : dans le Pater il nous fait demander le pain « qui est au dessus de tous les autres », celui de la grâce et celui de la sainte Eucharistie ; dans ses prières à son Père, même quand il demande un bien matériel comme la résurrection de Lazare, il ne la demande que parce qu’elle est utile aux âmes, qu’elle leur donne la foi (Jn 11, 14.42). »

 

Bienheureux Charles de Foucauld, L’esprit de Jésus, page 35.

 

(1) Chaque fois que Charles de Foucauld (1858-1916) évoque sainte Thérèse il s’agit de sainte Thérèse d’Avila (1515-1582).
Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
1 janvier 2007 1 01 /01 /janvier /2007 21:19

" Bonne et sainte année, lumière, force, sainteté, accomplissement de tout ce que demande de vous le bien-aimé JESUS Sauveur, et le ciel ! C'est aujourd'hui, en sa circoncision, que le divin Maître a reçu son Nom de JESUS : " Salut, Sauveur "... A-t-il voulu que cette fête fût le 1er janvier pour mettre à la première heure de l'année, " en tête du Livre ", cette parole d'espérance, ce modèle de ce que nous devons être, ce rappel à notre devoir, et ce souvenir de reconnaissance, cette preuve de son amour ?  Que JESUS Sauveur sauve les âmes (...), et qu'il vive en vous et vous fasse faire, comme il le fit faire par ses apôtres, tout ce qu'il veut de vous !"

(Bienheureux Charles de Foucauld, 1er janvier 1908, lettre de Tamanrasset à Mgr Charles Guérin, des Pères Blancs, préfet aopstolique de Ghardaïa, in Correspondances sahariennes, p. 576)

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
22 décembre 2006 5 22 /12 /décembre /2006 23:11

     Naissance de Notre Seigneur.

 

     Mon Dieu, que Vous êtes bon ! Pourquoi êtes-Vous né ? pourquoi êtes-Vous venu au monde sur cette terre ?… Était-ce nécessaire pour nous sauver ? Non, un mot de Vous, un acte de Votre volonté pouvait nous sauver… Était-ce nécessaire pour nous sanctifier ?… Non, un acte de Votre volonté pouvait nous remplir intérieurement de grâce, de lumière, de bonne volonté, de sainteté… Pourquoi donc avez-Vous choisi ce moyen de venir parmi les hommes, avec la forme d’un homme ?… Parce que c’est un moyen plein d’un amour infini, incompréhensible, divin, et que par conséquent il vous convient… Tout être agit selon sa nature. Dieu est amour… Donc Dieu agit par amour… Venir dans le monde n’était nullement le seul moyen de tirer à Vous le monde, mais c’était un moyen plein d’un amour infini, inouï, divin. C’est pourquoi, Vous qui agissez par amour, Vous l’avez choisi. (…) « Venez et voyez … Suivez et regardez… Imitez et contemplez. » La première chose à suivre, à imiter, c’est l’amour… La première chose qui frappe nos yeux, le plus perpétuel sujet de contemplation, c’est l’amour qui est l’essence même de notre Bien-aimé Jésus  

    

     Bienheureux Charles de Foucauld  in  La bonté de Dieu, nouvelle cité, 1996, pages 213-214

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
16 décembre 2006 6 16 /12 /décembre /2006 16:23

Charles de Foucauld,

« Considérations sur les fêtes de l’année »

(nouvelle cité, 1987, p. 64-65) 

 3è dimanche de l’Avent « Gaudete »

 

 

     L’avant-dernier dimanche de l’Avent. Ce temps est plus qu’à moitié écoulé… Aujourd’hui en quinze, à pareille heure, vous serez né, mon Dieu… Vous ne serez pas plus près de nous que vous n’êtes, mais vous serez visible… quand serez-vous visible à nos yeux ?… Notre Noël sera l’heure de notre mort si, par votre grande miséricorde, nous mourons en votre sainte grâce… Bienheureux moment ! Vrai Noël, ô mon Dieu que vous êtes bon ! Vous qui rendez infiniment doux, ineffablement fortuné, pour ceux qui vous aiment, ce qui est si horrible, si affreux à ceux qui vous ignorent ou ne vous aiment pas assez !.. La mort est notre Noël… la mort est Noël… répétons sans fin ces mots pour nous en pénétrer sans fin ; imprégnez-nous de cette vérité, mon Dieu !… et faites-nous voir à la fois, l’inutilité de notre vie (à quoi peut vous être utile une journée, un grain de sable, la toile d’araignée qui  est sur nos murs, ce brin d’herbe, cette fleur des champs qui vit  et sèche en un jour ?) et le bonheur infini qui est attendu à la mort, à notre Noël, si nous obéissons pendant ce pèlerinage d’une heure… C’est bien le voyage de Nazareth à Bethléem, quatre journées d’hiver (…) Et faites-moi embrasser avec courage toutes les peines de la vie et de l’agonie en les regardant comme elles sont : quatre journée de mauvais temps, de fatigues, de rebuts, de mauvais gîtes… au bout desquels Noël et Jésus… Á Lui, l’honneur, la gloire, la louange de toute créature dans les siècles des siècles. Amen.

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
5 décembre 2006 2 05 /12 /décembre /2006 23:31

                          « Délivrez-nous du mal »... (Mt 6, 13)

 

Délivrez-nous du péché, le seul mal véritable, le seul mal qui vous offense, votre mal !... Délivrez du péché tous les hommes : de cette manière ils seront saints, et leur sainteté vous glorifiera : votre gloire sera manifestée et leur salut sera assuré, ce qui est la seule chose que nous voulons : délivrez-nous donc du mal, du péché, mon Dieu, afin que vous soyez glorifié, afin que les hommes soient sauvés... Cette demande renferme, comme les trois premières, tout ce que nous avons à demander, tout ce qui constitue notre fin, celle de l'Église, celle de la vie de Notre Seigneur ici-bas,... mais elle renferme tout cela d'une manière indirecte et en faisant un retour sur nous-mêmes, en demandant une des choses nécessaires pour accomplir notre fin, tandis que les trois premières phrases demandent directement notre fin dernière, la gloire de Dieu.

 

(Ch. De Foucauld, L'esprit de Jésus, méditations 1898-1915, nouvelle cité, 1978, p. 34)

 

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
29 novembre 2006 3 29 /11 /novembre /2006 22:53

     Le 30 novembre 1897, à Nazareth, le Bienheureux Charles de Foucauld finissait ainsi sa méditation écrite quotidienne :

     Saint André, merveilleux amant de la croix, apprenez-moi à désirer la croix avec vous, à la bénir lorsqu'elle approche, à m'y laisser attacher avec courage, à mourir sur elle avec amour, en gloriflant Dieu !... Apprenez-moi à désirer, chercher, recevoir, porter la croix... à dire : Bona Crux, à toute souffrance, pendant toute souffrance, jusqu'à la mort... Apprenez-moi à désirer le martyre par amour pur de Jésus, comme Jésus veut qu'on le désire et obtenez-moi de le recevoir courageusement et amoureusement, de manière à consoler le plus possible le coeur de Jésus, en Lui, par Lui et pour Lui. Amen.

     ("Considérations sur les fêtes de l'année", nouvelle cité, page50)

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article
23 novembre 2006 4 23 /11 /novembre /2006 21:05

« Ne nous laissez pas succomber à la tentation... » (Mt 6, 13)

Mon Seigneur, expliquez-moi ce que vous voulez que je demande par là et pourquoi vous voulez que je demande ceci plutôt qu'autre chose... cette demande, c'est un cri, le cri de toute heure, de toute minute, le cri de « Au secours ! »... Il faut qu'il ait sa place dans le Pater, parce que étant la demande obligée de tous les moments de la vie, il doit se trouver dans toute prière... Je suis tellement entouré d'ennemis que non seulement je ne puis pas atteindre ma fin sans appeler « au secours » à toute heure, mais que je ne peux même pas dire une petite, une courte prière sans crier « au secours »... Notre Seigneur me fait faire cette demande dans le Pater parce qu'elle m'est nécessaire à toute heure, qu'elle doit se trouver, à titre de cri de l'âme, cent fois dans toute prière, et pour m'apprendre à pousser sans cesse vers lui, à toute heure, ce cri de « au secours ».

(Ch. De Foucauld, L'esprit de Jésus, méditations 1898-1915, nouvelle cité, 1978, p. 33-34)
Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes du Bx
commenter cet article