Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 21:35

Charles de Foucauld, le savant bienheureux

 

      C'est sous ce titre que le site Internet de Famille Chrétienne publie à la date du 6 janvier 2012, une présentation par Bénédicte de Saint-Germain d'un livre récent, « Charles de Foucauld, explorateur malgré lui » écrit par de Bénédicte Durand, et coédité par Glénat/La Société de géographie, 192 pages. Voici l'intégralité de cette présentation. LT

 

    "Prêtre et mystique, le bienheureux Charles de Foucauld était aussi un scientifique. Ses observations firent considérablement progresser la connaissance géographique et ethnologique de l’Afrique du Nord. L’historienne Bénédicte Durand dévoile l’homme de science caché derrière le religieux.

    "À 27 ans, le 24 avril 1885, Charles de Foucauld reçoit la grande médaille d’or de la Société de géographie de Paris pour sa Reconnaissance au Maroc (1883-1884). Pendant près d’un an, le jeune homme a parcouru à pied clandestinement ce territoire fermé et méconnu. Le travail scientifique qu’il publie est une somme de découvertes: il a tracé le réseau hydrographique des régions parcourues, noté tous les villages et compté le nombre des fusils, identifié les cultures, les routes, pris toutes sortes de mesures. Il a aussi mis en évidence la structure de la chaîne montagneuse de l’Atlas dont l’orientation sur les anciennes cartes était erronée.

     "Par quel miracle, ce jeune officier, oisif et médiocre, s’est-il transformé en explorateur reconnu? Avant son expédition marocaine, Foucauld s’est fermement ennuyé. Aucune discipline n’éveillait son intérêt à l’exception d’une seule dans laquelle il montre des dispositions naturelles à défaut d’y faire preuve de travail: la géographie. Fin observateur, doué pour le dessin, il est capable de décrire avec précision n’importe quel paysage. En 1881, il participe avec son régiment, le 4e chasseurs d’Afrique, à une bataille dans le Sud-Oranais. Là-bas, «ce lettré fêtard, écrit son camarade Laperrine, se révèle être un soldat et un chef». Surtout, cette aventure inocule en lui le virus du Grand Sud et le goût de l’inconnu.

     "Déguisé en juif, il pénètre dans un pays interdit aux chrétiens. Là, avec un luxe de précautions inouï, il observe: «Tout mon itinéraire a été relevé à la boussole et au baromètre. En marche, j’avais sans cesse un cahier de cinq centimètres carrés caché dans le creux de la main gauche; d’un crayon long de deux centimètres, qui ne quittait pas l’autre main, je consignais ce que le chemin présentait de remarquable, ce qu’on voyait à droite et à gauche […], les accidents de terrain, […], l’heure et la minute de chaque observation, les arrêts, les degrés de vitesse de la marche, etc. ». Au retour, il compile ses notes et compose Reconnaissance au Maroc dont les indications, notamment les cartes au 1/250000, resteront longtemps la référence pour les voyageurs, les militaires et les géographes.

     "Sa mission achevée, Foucauld poursuit sa recherche de l’absolu. Il ne sondera plus la profondeur des oueds, mais celle des âmes. Sa carrière d’explorateur s’achève-t-elle pour autant? Moins que jamais! «Sa passion de jeune homme s’est peu à peu imposée comme un auxiliaire indispensable à sa mission», explique Bénédicte Durand. Seul l’objectif a changé. Le Père de Foucauld brûle d’apporter Jésus aux Touaregs, peuple qu’il estime. Mais pour évangéliser, il faut connaître.

     "Infatigable, il parcourt le Hoggar puis le Sahara, acceptant, quand il le peut, d’accompagner des colonnes militaires, notant au passage tout ce qu’il voit. Il visite, rencontre les nomades, les soigne… et les observe en ethnologue passionné. Parallèlement, il travaille à comprendre leur langue, rédige plusieurs dictionnaires et traduit des poèmes recueillis au cours de ses missions. Partout, le même souci du détail, de la précision.

     "Ermite contrarié, il ne cesse de recevoir des hôtes de passage : savants, explorateurs, militaires avec lesquels il entretient une correspondance riche en informations et en conseils. Lorsque ces travaux seront publiés, Foucauld exigera que «nulle part son nom ne soit prononcé». Dans son beau livre, abondamment illustré de photos, cartes et croquis réalisés par le Père Charles de Jésus, Bénédicte Durand rend justice à l’humilité scientifique d’un saint des temps modernes."

Bénédicte de Saint-Germain

 

      Source :

      http://www.famillechretienne.fr/livres/sciences-humaines/histoire-et-civilisation/charles-de-foucauld-explorateur-malgre-lui_c6_s281_ss282_d63613.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Livres
commenter cet article

commentaires