Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Pour vos échanges avec La Frégate, deux moyens :

1. utiliser la fonction commentaire qui se trouve au bas de chaque article ;

2. envoyer votre adresse électronique dans l'espace Newsletter prévu à cet effet sur la droite de l'écran.

N'hésitez pas !

LT

Recherche

Bienvenue dans ce lieu virtuel qui porte le nom de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tamarasset !

Archives

26 novembre 2006 7 26 /11 /novembre /2006 21:34

     La béatification, le 13 novembre (2005), du P. Charles de Foucauld est l'occasion de faire mémoire des relations qu'il a entretenues avec le Sacré-Cœur de Montmartre à Paris. On sait que les Oblats ont été les premiers chapelains de la basilique, dont le cardinal Guibert fut le très actif promoteur. Le P. Rey y est arrivé en 1876 accompagné notamment du P. Alfred Yenveux. La communauté des Oblats fut obligée de quitter Montmartre en 1903 à cause des lois françaises interdisant et dissolvant les congrégations religieuses. Le diocèse de Paris prit alors la responsabilité directe de l'œuvre.

 

     Voici ce qu'écrit le P. Jacques Benoist dans son ouvrage très documenté « Le Sacré-Cœur de Montmartre. De 1870 à nos jours » :  « Au lendemain de sa conversion, dans l'immense campagne de consécrations de 1889, (campagne lancée par le P. Voirin ; cette année-là, le sanctuaire accueillit cinq cent mille consécrations dont celles de cent mille familles), le vicomte de Foucauld s'est lui aussi consacré au Cœur de Jésus le 6 juin dans sa paroisse, Saint-Augustin, les formulaires remplis par chacun des fidèles étant reliés et remis en un volume au Sacré-Cœur le 21 juin.

 

     La dévotion au Sacré-Cœur de Jésus s'amplifie avec l'approfondissement de sa vocation. Le 16 mai 1900, il écrit à l'abbé Huvelin et l'entretient de sa demande à « l'évêque de Montmartre » (joli titre pour le cardinal-archevêque de Paris qui montre son attachement bien connu pour le sanctuaire national), Mgr Richard, de porter l'habit d'ermite du Sacré-Cœur. Le frère Charles veut bien être seul mais ne veut pas rester isolé : le 8 mai 1902, il fait enregistrer à Montmartre le règlement de la confrérie du Sacré-Cœur (poste de Beni-Abbès – Afrique du Nord) dont l'agrégation à l'Archiconfrérie du Vœu national porte le n°619 sur les registres.

 

     Mais cette confrérie ne lui suffit pas. Il veut faire partie de la section sacerdotale fondée par le P. Yenveux. Dans le Bulletin du 21 août 1902, il y a une lettre d'un « ardent missionnaire de l'Afrique » à la date du 16 avril 1902 : « J'ai reçu les imprimés concernant les Prêtres-Apôtres du Sacré-Cœur… ». Quelques mois plus tard on publie « l'Acte de consécration de la mission du Sahara français au Sacré-Cœur de Jésus, fait en la fête de Saint-Joseph… le 19 mars 1902, à Ghardaïa du Mzab ». Mais les contacts ne s'arrêtent pas là. Le F. Charles de Jésus, missionnaire de Beni-Abbès, Sahara Oranais, le 18 décembre 1902, écrit à nouveau. Sa lettre est publiée par deux fois. Il y clame toute sa tristesse de voir ce grand pays et tous ses habitants dans les ténèbres et encore privés de la lumière qui a resplendi à Noël. Dans ses carnets tenus à Beni-Abbès, le 8 janvier 1903, il écrit encore :

 

     « Reçu, hier, une lettre importante de M. l'abbé Yenveux, des chapelains de Montmartre. Il annonce le congrès des Prêtres-Apôtres le 14 janvier et se propose d'y parler en faveur du Maroc. Il me demande aujourd'hui une dépêche et une lettre… Commencement des relations avec Montmartre au sujet de Marguerite… Je mets, autant que cela est possible, l'évangélisation du Maroc et le Maroc lui-même sous la protection de la bienheureuse Marguerite-Marie, la donnant, dans la mesure où je peux au Maroc, comme patronne… »

 

     Pour ce congrès annoncé, le frère Charles envoie au P. Yenveux un appel de sept pages en faveur de la conversion du Maroc par la prière et la pénitence, par la venue de missionnaires et de religieuses. Par ailleurs il tient à participer à la souscription d'un « ex-voto de gratitude… à Montmartre… pour l'installation du Saint Sacrement à Tamanrasset en date du 8 septembre 1905 ». Enfin, dès qu'il est à Paris, il monte passer une nuit d'adoration à la basilique en entraînant Louis Massignon et l'abbé Huvelin. Il faudrait encore préciser la date d'un ultime pèlerinage au Sacré-Cœur de Montmartre. Cette douzaine de contacts autour de 1900 (et il y en a peut-être d'autres à découvrir) entre le P. de Foucauld et la basilique éclairent et cette personnalité exceptionnelle et ce sanctuaire pas tout à fait comme les autres. »

      Auteur : Michel Courvoisier, OMI, dans Information OMI, n° 449, décembre 2005 sur le site http://www.omiworld.org

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Touchagues - dans Textes sur le Bx
commenter cet article

commentaires

Alec 09/01/2007 21:49

La nuit d'adoration du 21 au 22 fevrier eut bien lieu au Sacre Coeur de  Montamrtre mais seulement avec Louis Massignon, et non avec L. Massignon et l'abbe Huvelin. C'est durant cette nuit que fut fonde l'Union des petits freres et petites soeurs du Sacre Coeur de Jesus, plus tard connue sous le nom de l'Union-Sodalite.